04
Décembre

Un an ferme pour un fumigène, combien pour une grenade offensive mortelle ?

Publié dans Communiqués de presse

L'ACIPA, interloquée par le triste sort infligé en prison à Enguerrand Delanous (condamné suite à la manifestation du 22 février à Nantes), souhaite lui faire part de son soutien alors qu'il s'est vu refuser plusieurs demandes de sortie pour entretien d'embauche notamment. Refusée aussi sa libération anticipée malgré l'avis positif du juge d'application des peines. En novembre, il n'aura pas pu accéder à l'emploi qu'il avait décroché. Le Parquet a tout bloqué.

 

L'ACIPA en appelle aux pouvoirs publics afin qu'ils prennent bien la mesure des effets provoqués par la répression policière et judiciaire pour lesquelles ils ont opté.

Sentence hors pair et constat inquiétant : d'un « trouble à l'ordre public » on passe à l'ordre public qui créé le trouble.

Quelle soit pratiquée sur l'espace public ou en cellule, la criminalisation éclabousse l'Etat.

Le fouet ou le bagne n'existent heureusement plus mais l'effet Notre Dame des Landes n'inspirerait-il pas certains usages aux relents inquiétants ?

 

L'ACIPA déclare qu'aucune « thérapie » ne viendra à bout de la prise de conscience de la population face à laquelle un projet d'aéroport est maintenu contre tout bon sens économique, écologique et humain.

 

L'ACIPA s'étonne que, à l'heure où la question de la surpopulation carcérale resurgit, avec mandat donné au député PS Monsieur Dominique Raimbourg, les situations comme celle d'Enguerrand ne puissent pas être résolues avec diligence et humanité.

 

06
Décembre

Tous sur les ponts contre les GPII : Contre les Projets inutiles et Imposés, les 6 et 7 décembre

Publié dans Communiqués de presse

Depuis longtemps déjà nous constatons que les projets inutiles et imposés ont tous les mêmes caractéristiques, entre autres :

  • usage abusif de l'argent public,
  • violations des droits des citoyens à disposer d'informations loyales,
  • mascarade de débat public et d'enquête publique,
  • refus des alternatives et des expertises indépendantes,
  • conflits d'intérêts,
  • votes d'élus en méconnaissance des dossiers ...


Pour refuser ces logiques qui conduisent les pouvoirs publics à une répression violente des opposants dont Rémi Fraisse est l'une des victimes emblématique, une large mobilisation a lieu partout en France, les 6 et 7 décembre à l'occasion des journées internationales contre les projets inutiles et imposés.


Après le succès de la première édition en 2013, une nouvelle opération « Tous sur les ponts » rendra visible notre refus des GPII sur des dizaines de ponts d'autoroute, et nous permettre d'enregistrer à nouveau de nombreux témoignages de sympathie. Outre le projet de NDL, nous mettrons cette année l'accent sur Sivens (projet de barrage) Boyron (projet de Center Parcs de 1000 bungalows)... Le déploiement des banderoles aura lieu les samedi et dimanche, matin et/ou après-midi.

Pour la région un premier pointage indique que les collectifs NDL du Pays bigouden, de Quimper, de Sud Vilaine, Pays de Redon, Pontchâteau, Guérande, St-Nazaire, St-Herblain, Orvault, Couéron, La Chapelle, Sucé, mais aussi La Roche sur Yon, Cholet, Lochois et Sud Touraine... participeront à l'opération.

Groupe contre les GPII de la Coordination des opposants au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes

07
Décembre

Succès de l'opération « tous sur les ponts contre les GPII » Contre les Projets inutiles et Imposés, les 6 et 7 décembre

Publié dans Communiqués de presse

A l'occasion de la journée internationale contre les GPII, plusieurs dizaines de ponts au-dessus de voies rapides ou périphériques de la région se sont ornées de banderoles pour dénoncer les logiques mortifères qui, dans tous les grands projets dits GPII, amènent au gaspillage de fonds publics, de terres nourricières ou de de zones humides riches en biodiversité, dans un déni total de démocratie.
Outre le projet de Notre-Dame-des-Landes, nous avons mis cette année l'accent sur Sivens (projet de barrage) Boyron (projet de center parc de 1000 bungalows).
Nous étions également solidaires des différents mouvements européens, ceux que nous avons rencontrés en 2012 à Notre Dame des Landes, et tous ceux qui ont depuis enrichi notre réseau.

 

Ce fut une opération non violente de communication, mais dans l'échange. Si nous avons visibilisé les rapprochement à faire entre ces différents projet (éléphants blancs), ces heures « sur le pont » nous ont aussi permis  d'enregistrer à nouveau de nombreux témoignages de sympathie (saluts, klaxons, appels de phare...).

 

Nous sommes plus que jamais déterminés à poursuivre la mise en réseau de nos luttes, et la mutualisation des moyens qui nous sont nécessaires. Pas à pas, avec obstination, nous créons les moyens de nos futures victoires.


Groupe contre les GPII de la Coordinations des opposants
au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes

14
Décembre

Lancement d’un atelier citoyen pour le maintien et l’optimisation de l’aéroport existant de Nantes-Atlantique

Publié dans Communiqués de presse

Le lancement de l’Atelier Citoyen a été un formidable succès ce vendredi 12 décembre à Nantes.

 

Si un aéroport est sources de nuisances, il est possible de l’améliorer, de l’optimiser pour atténuer les gênes et développer les quartiers qui l’entourent. Tel est le pari lancé par l’Atelier Citoyen qui vient d’ouvrir à Nantes. Il s’agit de trouver des solutions pérennes pour favoriser son maintien avec comme objectifs principaux :
- réduire les nuisances ;
- préserver l’environnement ;
- favoriser le développement économique et les emplois.
L’Atelier Citoyen a réuni une soixantaine de personnes venant de tous les horizons, au-delà des clivages politiques, tous soucieux de l’aéroport et de la ville : Pilotes, ingénieurs, spécialistes de la navigation aérienne, acousticiens, géographes, architectes, spécialistes des pistes, chefs d’entreprises, urbanistes, sociologues, syndicalistes, experts en transports, écologues, usagers et riverains…
Tous se sont regroupés en ateliers de travail liés à un sujet particulier : Aérogare, approche et trajectoire aérienne, économie et emplois, pistes, plan d’exposition au bruit, transport en commun et urbanisme.

 

Chaque groupe a été force de nombreuses propositions d’études et d’actions positive et prometteuse pour apporter des alternatives et éclairer le débat public. Chaque groupe compte entre 5 et 12 membres, ils restent cependant ouverts pour accueillir de nouveaux adhérents experts et/ou citoyens. Chaque groupe se réunit indépendamment pour avancer sur son sujet et le rendez-vous est lancé pour une première réunion plénière le 16 janvier prochain.

 

Au delà de ce problème d’aéroport, il germe ici une société plus harmonieuse et plus responsable où chacun apporte ses compétences et son savoir faire de manière complémentaire.

 

Nous tenons aussi à remercier tous les journalistes et les médias qui ont relayé l’information sur le lancement de cet atelier et sans qui il n’aurait pas connu ce succès vendredi soir.


Continuez à nous suivre :

 

Information complémentaire :

Les groupes de travail formés sont les suivants :

  • Aérogare : Le groupe engage une réflexion globale répondant au problème d’optimisation de cette aérogare existante. Celle-ci est devenue au fil des années un véritable labyrinthe, construit organiquement en attendant un transfert toujours repoussé.
  • Approche et trajectoire aérienne : Le groupe montrera comment limiter le survol de la ville et optimiser les approches aériennes au décollage et à l’atterrissage.
  • Economie et emplois : L’aéroport, les usines Airbus et la zone D2A forment une importante zone économique. Plus de 200 entreprises liées de près ou de loin aux activités aéroportuaires génèrent plus de 6 000 emplois. Le maintien de l’aéroport est très favorable à cette dynamique économique. Il s’agit pour ce groupe de réfléchir à la préservation et au développement économique de ce secteur et de ces emplois.
  • Piste : L’état de la piste, son entretien et sa prolongation éventuelle est un enjeu important posé dans le rapport de la DGAC en novembre 2013.
  • Plan d’exposition au bruit (PEB) : Le bruit est souvent mis en avant pour justifier le transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique alors qu’il apparaît que les zones de bruit diminuent.
  • Transports en commun : L’aéroport de Nantes Atlantique est idéalement situé, proche de la ville et du terminus de tramway, et jouxtant une voie ferrée. Le groupe avec l’association Nexus montrera comment tirer parti de cette situation.
  • Urbanisme : L’aéroport est à la fois source de nuisances et source de développement économique et urbain. Le groupe réfléchira à une planification durable des territoires autour de cet équipement.

 

 2014-12-12 AtelierCitoyen

 Réunion de lancement de l’Atelier Citoyen pour le maintien et l’optimisation de l’Aéroport de Nantes-Atlantique, le 12 décembre à L’ancienne Gare de L’Etat à Nantes (Photo libre de droit – Atelier Citoyen )

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑