27
Janvier

Hollande ! C'est le moment ! Copain s'opposera fermement à toute expulsions !

Publié dans Communiqués de presse

Communiqué de presse - Notre-Dame-des-Landes, le 26 janvier 2016
 
Hier, lundi 25 janvier, en rendant son jugement, le juge du TGI de Nantes a clairement remis la responsabilité de l'expulsion des habitants et paysans historiques, sur la ZAD de Notre Dame des Landes, entre les mains de François Hollande et de son gouvernement.
Dans son jugement, il rend les fermes, cheptels et troupeaux expulsables, dès aujourd'hui.
Nous paysannes et paysans de Copain du 44 et d'ailleurs, ne pouvons admettre que nos collègues de Notre Dame des Landes et leur fermes soient considérés comme des malfrats que l'on peut virer sans délais et sans solutions de secours.
Mais, au delà, nous réaffirmons fermement que nous mettrons tout en œuvre pour empêcher leur expulsion, et s'opposer au gâchis irréversible que serait leur éviction.
 
Nous appelons, une nouvelle fois, Mr Hollande a annoncer, avant qu'il ne soit trop tard, la suspension de toutes les procédures d'expulsion jusqu'à l'aboutissement de la totalité des recours juridiques, de prononcer la remise à plat de la DUP et le lancement d'une étude réellement objective de l'optimisation de l'aéroport actuel.
 
Afin de développer la position de Copain dans ce contexte, nous invitons la presse à une conférence que nous tiendrons demain mercredi 27 janvier à 12h00 au Liminbout à Notre Dame des Landes.
 

Il n'y aura pas d'aéroport à Notre Dame des landes,
Nous mettrons tout en œuvre pour empêcher la disparition des terres de  la ZAD et de tous ceux qui la font vivre.

10
Février

Expulser les paysans historiques, c'est nous expulser de nos fermes ! Tracteurs vigilants ! Troupeaux solidaires

Publié dans Communiqués de presse

Communiqué de presse - Notre-Dame-des-Landes, le 10 février 2016

 

Nous paysannes et paysans de Copain du 44 et de toute la France affirmons aujourd'hui, confortés par les mises à jour récentes du CéDpa, que l'utilité publique du transfert d'aéroport est clairement remise en cause.


Nous considérons que les déclarations répétées des grands élus des métropoles, départements et régions de Bretagne et Pays de Loire, ne servent qu'à tenter de masquer les mensonges éhontés de l'étude de la DGAC qui ont servi à justifier la DUP de 2008. Aucun d'eux n'ose aujourd'hui parler du fond du dossier.  C'est pourquoi ils s'escriment piteusement à exploiter des faits divers vieux de plusieurs années, à fustiger notre ZAD, riche en explorations novatrices, à dilapider les fonds publics dans de vaines pétitions calomnieuses, ou à tenter de réduire l'étendue des promesses de M. Hollande.


Où est l'intérêt public lorsque l'on voit les actions de Vinci progresser de 2,3 points en quelques heures après le rendu du jugement d'expulsion des habitants et paysans historiques ?


Nous, paysans et paysannes de Copain, sommes des militants convaincus et déterminés d'une autre conception de l'avenir de nos territoires, par la protection de la terre nourricière, la relocalisation de la production de l'alimentation, le soutien actif à une agriculture paysanne respectueuse de l'environnement, de la biodiversité et de l'homme. C'est pourquoi nous mettrons tout en oeuvre pour empêcher la réalisation de ce projet archaïque.


Malgré nos demandes répétées, nos collègues paysans et habitants de la ZAD sont toujours sous la menace d'une expulsion imminente depuis le 26 janvier.
Nous occupons le Conseil Départemental de Loire Atlantique depuis 11h30 ce matin accompagnés d'une vingtaine de moutons vigilants.


Nous tenons à affirmer aujourd'hui, par cette action, que tenter d'expulser les paysans historiques de la ZAD déclencherait immédiatement l'engagement, partout en France, de nos tracteurs vigilants et de nos troupeaux solidaires.


Aujourd'hui, ils sont les emblèmes de nos engagements, les expulsés serait nous expulser tous.


Nous continuerons et amplifierons nos actions tant que nous n'aurons pas la garantie claire et sans ambiguïté qu'il n'y aura aucune expulsion sur la ZAD avant l'aboutissement total des recours en France et auprès de l'Europe.
Dans la ligne des déclarations de Ségolène Royal, nous demandons au gouvernement d'ordonner une réelle étude objective de l'optimisation de l'aéroport actuel, en prenant en compte l'énorme travail effectué par l'atelier citoyen.

 


Il n'y aura pas d'aéroport à Notre Dame des Landes,
Nous mettrons tout en oeuvre pour empêcher la disparition des terres de la ZAD et de tous ceux qui la font vivre.

27
Janvier

Prise de parole COPAIN - 27/01/2016 - Hollande ! C'est le moment ! Copain s'opposera fermement à toute expulsion !

Publié dans Communiqués de presse

Prise de parole - Notre-Dame-des-Landes, Ferme du Liminbout, le 27 janvier 2016
 

Nous, paysans et sympathisants de Copain 44 et d'ailleurs, sommes tous venus, aujourd'hui, avec nos tracteurs vigilants, pour manifester notre totale soutien et notre solidarité avec les occupants de la ZAD, historiques ou non. C'est aussi pour réaffirmer notre totale détermination et notre colère.

Lundi 25 janvier, par son jugement, le juge du TGI de Nantes a clairement remis la responsabilité de l'expulsion des habitants et paysans historiques, sur la ZAD de Notre Dame des Landes, entre les mains de François Hollande et de son gouvernement.
Par son jugement, il rend les fermes expulsables, immédiatement.
Dès demain, le pouvoir en place est autorisé à ordonner la saisie et la séquestration des cheptels, matériels et troupeaux.
Nous paysannes et paysans de Copain du 44 et d'ailleurs, ne pouvons admettre que nos collègues de Notre Dame des Landes et leur fermes soient considérés comme des malfrats que l'on peut virer sans délais et sans solutions de secours.

Non, en réalité, ceux que l'on veut virer comme des malpropres, sont des militants de la première heure qui ont décidés de résister jusqu'au bout, malgré toute la précarité pour eux et pour leur famille. Ils sont encore là aujourd'hui, parce qu'ils savent toutes les incohérences et les mensonges du dossier de la déclaration d'utilité publique, et qu'ils ne peuvent admettre que l'on rase leurs habitations ou leurs fermes, pour servir des intérêts économiques privés ou des ambitions politiques qui n'ont rien à voir avec le dossier.

Aujourd'hui, les occupants historiques ou non, sont devenus pour nous tous les portes drapeaux de nos engagements respectifs pour une autre conception du développement du territoire, de la protection de la biodiversité, de la relocalisation de la production alimentaire, d'une nouvelle façon de penser le vivre ensemble, respectueuse de l'homme et de son environnement.

C'est pour cela que nous sommes là aujourd'hui, pour faire la démonstration que nous nous opposerons fermement à toute expulsion des occupants de la ZAD et à toute tentative de démarrage de travaux quel qu’ils soient.
A la moindre tentative de passage en force, nous serons des centaines avec nos tracteurs vigilants sur la ZAD et sur tous le territoire français pour tout bloquer, avec les dizaines de milliers d'opposants qui sont dès à présent prêts à agir.

Plusieurs de nos collègues paysans, comme d'autres opposants au projet d'aéroport sont aujourd'hui traduits en justice, après avoir été arrêtés au cours de rassemblements ou actions revendicatives collectives. Il s'agit bien là d'inculpations politiques visant à briser le droit à manifester ou d'exprimer un désaccord citoyen par la criminalisation de l'action syndicale et de la revendication sociale.
Nous rattachons sans ambiguïté ses inculpations politiques à la récente condamnation des syndicalistes de Goodyear, à Amiens, à deux ans de prison dont 9 mois fermes, aux syndicalistes d'Air France licenciés ou à nos collègues paysans de la Somme opposés à l'usine des mille vaches également condamnés comme des délinquants.

Si nos gouvernants pensent pouvoir museler notre colère par cette répression, l'effet est tout inverse, elle ne fait que mobiliser plus de soutiens et de solidarité.

Nous appelons donc, encore une fois, M.Hollande a annoncer, avant qu'il ne soit trop tard, la suspension de toutes les procédures d'expulsion jusqu'à l'aboutissement de la totalité des recours juridiques, de prononcer l'annulation de la DUP et le lancement d'une étude réellement objective de l'optimisation de l'aéroport actuel, et à terme, l'abandon définitif de ce projet d'un autre temps.

Dans l'attente, les actions des paysans de Copain menées ces dernières semaines vont continuer et s'amplifier.
Seule une annonce claire et sans ambiguïté du président Hollande nous ramènera dans nos fermes.
 

Il n'y aura pas d'aéroport à Notre Dame des Landes,
Nous mettrons tout en œuvre pour empêcher la disparition des terres de  la ZAD et de tous ceux qui la font vivre.

 

 

La vidéo de Ouest-France

 


Les tracteurs vigilants sont dans la Zad par OuestFranceFR

12
Février

Notre Dame des Landes - Un référendum : pour qui, comment, pourquoi ?

Publié dans Communiqués de presse
Communiqué de presse de l'ACIPA  - Notre Dame des Landes, le 12 février 2016

L’ACIPA a bien entendu les paroles de François Hollande s’adressant aux Français ce jeudi 11 février et annonçant la tenue d’un référendum local sur la question du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Dans la même intervention, il a aussi rappelé par 2 fois que les travaux pourraient débuter à l’automne 2016.

Notre position n’a pas changé pour autant ; nous demandons toujours à François Hollande de confirmer qu’aucune expulsion n’aura lieu tant que les recours juridiques nationaux et européens ne seront pas épuisés. Nous avons bien entendu M. Hollande réaffirmer que ces recours n’étaient pas épuisés mais pas un mot sur les expulsions programmées ! Nous lui renouvelons également notre demande de rencontre.

Quant au référendum local annoncé, nous nous posons beaucoup de questions :
  • Qui a légitimité à organiser un référendum sur un projet d’État dont la Déclaration d’Utilité Publique a déjà été publiée ?
  • Qui décidera de son périmètre ?
  • Qui décidera de la question qui sera posée ?
  •  L’information pourra-t-elle être impartiale et complète ? avec quels moyens ?
  •  Les questions de fond de ce dossier basé sur des manipulations et mensonges pourront-elles être présentées à la population ? etc….
 
Nous constatons également que Ségolène Royal a été reconduite dans ses fonctions. Depuis notre rencontre au Ministère de l’Écologie le 22 janvier dernier, nous travaillons avec elle et ses services, sur la remise à plat du dossier (étude des alternatives à l’aéroport à Notre Dame des Landes, dont la mise en réseau des aéroports existants). Ce gros travail a été lancé avec l’aval du Président de la République. Il nous apparaît donc urgent d’attendre les conclusions de ce travail commun qui doivent être rendues le 31 mars.

En attendant, notre détermination reste intacte et nous appelons à une mobilisation massive le 27 février prochain à Notre Dame des Landes pour l'abandon du projet d'aéroport !

Autocollant Acipa 2012 35x35 biaisAdhésion en ligne avec paypal


Adhesion :
Si readhesion, n° adherent:
Type adhésion: *
M., Mme...
Prénom(s), Nom(s) *

Exemple pour une adhésion familiale M.et Mme Pierre et Marie DUPONT-DURAND

Pour nous faciliter l'import des données, merci d'apporter du soin à votre saisie (majuscules, accents,...)

Adresse *
N° téléphone
E-mail *
Lettre d'info de l'ACIPA

___________________________________________________________

Pour une adhésion familiale, veuillez indiquer ci-dessous les noms, prénoms des autres adhérents de votre famille.

En remplissant ces informations, vous certifiez que les personnes inscrites sont âgées de plus de 18 ans.

Prénom, Nom(1)
Prénom, Nom(2)
Prénom, Nom(3)
Prénom, Nom(4)
Prénom, Nom(5)

___________________________________________________________

Souhaitez-vous participer à la vie de l’association au niveau local .:
Participer à la vie de l’association dans une de ses commissions:
Faites-vous partie d’un comité de soutien :
Si oui lequel ?:

___________________________________________________________

Message / Commentaire :
Vérification anti spam:

[Réservé ACIPA - statut]

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑