09
Mars

3ème réunion plénière de l'Atelier citoyen - Point sur l'avancement des travaux

Publié dans Communiqués de presse

L’atelier citoyen s’est réuni vendredi 6 mars pour une troisième réunion plénière.


Les travaux de l’atelier citoyen avancent plus vite que prévu, les groupes de travail Piste et Trajectoires aériennes ont déjà rendu leurs conclusions :

  • Concernant la piste, les travaux du groupe ont bénéficié de l’avis d’un l’expert ayant entretenu la piste pendant 30 ans. Son renforcement et sa mise aux normes sont estimés à 25 Millions d’euros à comparer aux 370 M€ annoncés par la DGAC en novembre 2013 mais aussi aux 35M€ prévus par Vinci pour la création de deux nouvelles pistes sur des terrains argileux. Les travaux du groupe piste sont largement repris en une du journal Ouest-France de ce week-end.
  • Concernant la circulation aérienne, nous apprenons que les trajectoires et le survol de la ville de Nantes sont contrôlés avec des moyens techniques archaïques (absence de radar local, absence d’ILS (guidage automatique) dans un sens…) et que la mise aux normes et les moyens de réduire les nuisances sont connus et simples à mettre en place.

Les rapports complets de ces deux groupes de travail seront bientôt rendus publics. Dans ces deux études, il apparait clairement une obsolescence programmée de cet aéroport, ce au détriment de l’intérêt général et du développement économique nantais.


Le groupe Economie et emplois a interpellé des personnalités politiques candidates aux élections départementales sur leurs intentions en matière de protection des emplois existants sur la zone Nantes-Atlantique et sur les actions mises en œuvre pour conforter l'usine Airbus qui est le plus gros employeur du secteur. En attendant les réponses des candidats, le groupe a entendu des retraités de l’entreprise qui s’inquiètent du fait que le déménagement de l’aéroport permettrait un jour à Airbus de justifier une fermeture de l’usine de Nantes, l’essentiel de sa production pouvant maintenant être délocalisé dans un des nouveaux sites chinois ou indiens.


Le groupe Bruit termine également ses travaux. Ils seront présentés lors du prochain atelier le 3 avril prochain. A la lecture de différents Plans d’Exposition au Bruit (PEB), le groupe remarque que, selon la ville concernée, l’Etat minimise ou aggrave le nombre de personnes subissant les gènes sonores en communiquant sur telle ou telle zone de PEB, plus ou moins large.


Le groupe Transport en commun découvre aussi des sources d’économie importante : le coût du prolongement du tramway serait d’environ 30M€ et celui d’une réhabilitation de la voie ferrée existante, de quelques millions. L’aéroport existant a la chance de pouvoir choisir entre tramway et TER. Ces nouveaux transports profiteraient également aux employés de l’usine Airbus et de la zone D2A qui les demandent depuis des années.


L’atelier Aérogare a lancé son appel à idées coopératif international sur le site www.aeroport.xyz. Il invite architectes, urbanistes, paysagistes, artistes, étudiants, militants, plasticiens, politiciens et tous ceux qui pensent avec ingéniosité le recyclage et la rénovation urbaine, à proposer des moyens d’optimisation et de réaménagement de l’aéroport existant de Nantes-Atlantique pour accueillir 7 millions de passagers…


Enfin, l’atelier citoyen ouvre un nouveau groupe de travail Finance, car « au final c’est toujours la finance qui décide » et invite les bonnes volontés, experts économiques et comptables à travailler sur le plan financier du maintien de l’aéroport. 
 
Le prochain point d’étape de l’atelier est prévu vendredi 3 avril, à 20h à l’ancienne Gare de l’Etat – 5 Place de la Gare de l’État 44200 Nantes.

 

Contacts :

Site web : www.ateliercitoyen.org
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Twitter : @At_Citoyen
Facebook : www.facebook.com/AtelierCitoyen

 

L’atelier citoyen en bref :
Lancé en décembre 2014 et ouvert à tous, l'Atelier Citoyen travaille sur le réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique. 
Association de dialogue, d'idées et d’expertises citoyennes. L’Atelier n’est pas une nouvelle association d'opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, mais bien un lieu de dialogue et de recherche des solutions alternatives pour sortir de ce problème pacifiquement. 

L’atelier vise à conserver et optimiser l'aéroport actuel, en faisant appel aux connaissances, à l’intelligence collective et au bon sens de chacun. Il rassemble des experts et des citoyens soucieux de faire avancer ce sujet : utilisateurs, techniciens, pilotes, ingénieurs, architectes, sociologues, patrons, syndicalistes, riverains... 
L’atelier comprend huit groupes de travail autour des thèmes suivants : l'aérogare, la piste, la circulation et les trajectoires aériennes, l'économie et les emplois, le plan d'exposition au bruit, les transports en commun, l'urbanisme et la finance.
Au-delà de cette question de l'aéroport nantais, il s’agit pour les participants de construire une société plus responsable, où chacun apporte ses compétences et son savoir-faire de manière complémentaire, en recherchant l’intérêt général.

11
Mars

Le Dossier « Notre Dame des Landes » le 14 mars en Italie devant le Tribunal Permanent des Peuples

Publié dans Communiqués de presse

Le groupe GPII de la Coordination des organisations opposantes au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes a initié une démarche totalement nouvelle dans la lutte,  particulièrement audacieuse et innovante. Il va en effet se présenter devant le Tribunal Permanent des Peuples (TPP) au sujet des atteintes aux droits que nous vivons depuis des années à Notre Dame des Landes (droits des citoyens, dont celui au respect de leur environnement).

La Coordination de Notre Dame des Landes s'est associée au mouvement No-Tav (opposé à la LGV Lyon-Turin) pour saisir ce tribunal. Les deux collectifs ont constitué chacun un dossier pour déposer leur « plainte », plainte déjà longuement instruite, et qui a été jugée recevable.

Le Tribunal Permanent des Peuples organise donc une première session à Turin ce 14 mars 2015, avec une audition générale, pour Notre-Dame-des-Landes et le mouvement No-Tav. Sous la présidence de Franco Ippolito (Italie), Mireille Fanon Mendès-France étant l'un des juges. Une deuxième session, plus centrée sur des témoignages (paysans, élus...) suivra.

La "plainte" s'appuie en particulier sur le Droit à consultation et au consentement, reconnu dans la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones adoptée par l’Assemblée Générale de l’ONU en septembre 2007, déclaration qui oblige les États à consulter « les peuples autochtones concernés et coopèrent avec eux de bonne foi par l’intermédiaire de leurs propres institutions représentatives, en vue d’obtenir leur consentement, donné librement et en connaissance de cause, avant l’approbation de tout projet ayant des incidences sur leurs terres ou territoires et autres ressources, notamment en ce qui concerne la mise en valeur, l’utilisation ou l’exploitation des ressources minérales, hydriques ou autres ».

Cette démarche, longuement préparée, sera menée avec fierté et détermination, et fera l'objet d'informations selon avancement du dossier.
                                                                     
Le groupe GPII de la Coordination des opposants au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes

 

Le Tribunal Permanent des Peuples en bref

Le Tribunal Permanent des Peuples, ou TTP, est l'héritier de l’expérience du « Tribunal Russell », fondé en 1966 par J.-P. Sartre et Bertrand Russel, pour juger les crimes de guerre des États-Unis au Vietnam. Il est né officiellement à Bologne en juin 1979.

Sans siège propre, Tribunal d'opinion, et non de pouvoir, il est une assemblée dans laquelle des personnalités reconnues dénoncent juridiquement des actes qu’elles estiment répréhensibles, en se basant sur le droit international. Des jurés remettent des avis consultatifs au jury qui dirige et médiatise le « procès ». Les sentences prononcées n’ont pas d’effet contraignant, mais les avis émis se veulent basés sur la législation réelle et sont communiqués aux autorités, circulent dans les sphères de l'ONU.

Le TPP se propose de faire respecter les DESC (droits économiques sociaux et culturels). Les thèmes des sessions touchent aussi les problèmes posés par la mondialisation, la dette, les risques écologiques majeurs (forêt amazonienne, catastrophe de Bhopal).

Tout mouvement victime d’une violation de droits avérée peut porter son cas devant le TPP.
 
16
Mars

Une plateforme de 20 propositions et 3 règles d'or pour un véritable débat public et un changement des pratiques en matière de concertation a été présentée samedi 14 mars au ministère de l'environnement.

Publié dans Communiqués de presse

La commission spécialisée du Conseil National de la Transition Ecologique (CNTE) présidée par le sénateur Alain Richard et chargée, après la mort de Rémi Fraisse, de proposer des pistes de rénovation du débat public a reçu 13 membres et représentant-e-s de mouvements citoyens opposés à des projets inutiles et imposés.


Pendant près de 6 heures, ils ont pointé les défaillances des procédures dans chacun des dossiers en cause et démontré, exemples précis à l'appui, comment des pratiques contestables aboutissent à des situations de blocage et de désespérance.

La plate forme présentée ne prétend pas clore le débat mais veut au contraire l'ouvrir, elle a donc vocation à être enrichie et amendée. Elle est le fruit d'un travail commun débuté dans le cadre de l'initiative de convergences des luttes en juillet 2014 vers le site de Notre Dame des Landes. C'est de cette mise en commun des savoirs et de moyens d'analyse, bien plus large que les mouvements auditionnés qu'elle est née.


"L'enjeu est d'arriver à une véritable transparence et une loyauté avec le public sans alourdir les procédures, alors qu'aujourd'hui c'est la défiance qui l'emporte", a déclaré Françoise Verchère (Projet Notre Dame des Landes)


"Les projets doivent répondre à des besoins ou être des opportunités pour la collectivité, ce qui suppose qu'avant de les imaginer, soit réalisé un état des lieux contradictoire auquel chaque citoyen pourra participer, et non pas des études qui les justifient a posteriori", insistait Daniel Ibanez à sa sortie (Projet Lyon Turin).


"Les conflits d'intérêts, les collusions doivent être sanctionnés car ils n'ont pas leur place dans une société démocratique. Ceux qui les couvrent doivent en répondre", déclarait pour sa part Martine Bouchet (Projet LGV Bordeaux-Espagne) 


"Il faut nous doter de moyens légaux (comme dans les CHSCT), en nous allouant les budgets nécessaires à la mise en oeuvre d'expertises contradictoires, nous qui ne sommes que bénévoles", proposait Jean-Pierre Chauffier (Défense de la ligne POLLT).


"Les intimidations des opposants, les procédures judiciaires à leur encontre et les pressions sur les élus ne sont pas dignes de ceux qui ont la responsabilité du droit à la liberté d'expression", a poursuivi Corinne François (Projet CIGEO/Bure).


La qualité du travail présenté en commun par ces citoyennes et citoyens actifs, et son importance ont été soulignées et reconnues par le président et de nombreux membres de la Commission Spécialisée démocratie participative du CNTE qui ont semblé très attentifs à nos propositions.


Quelle suite la commission leur donnera-t-elle ? Il est trop tôt évidemment pour le dire. Il est toutefois urgent que le gouvernement prenne la mesure du malaise qui s'installe partout où les projets sont imposés au mépris de la démocratie, et qu'il s'engage avec les mouvements citoyens dans une véritable évaluation des modes de décision.


Alors que nombre de projets se poursuivent dans une stratégie du fait accompli, la meilleure preuve de sa bonne foi serait de geler les projets contestés pour lesquels des manquements graves sont démontrés.


La liste des participants à l'audition : Patrice Canal (Sivens), Corinne François (Cigeo/Bure), StéphanePeron ( Roybon), Martine Bouchet (CADE, LGV Bordeaux-Espagne), Jean-Luc Léger (Non à l'autoroute,contournement Rouen), Bernard Lembeye (ACTIVAL), Claude Loup (EuropaCity), Jean-Pierre Chauffier (LGV Limoges-Poitiers), Francis Chastagner (Mille Vaches), Julien Milanesi (A65), Daniel Ibanez etRaymond Avrillier (Lyon-Turin), Françoise Verchère (NDDL)

 

Lien vers la plateforme complète (version livret, imprimable recto-verso, 31/03/2015)

 

Vidéos de l'audition du CéDpa et des autres mouvement : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-travaux-de-la-commission.html

 


Démocratie participative : les auditions du 14... par FranceEcologieEnergie

 


Démocratie participative : les auditions du 14... par FranceEcologieEnergie

 

23
Mars

Rassemblement pour soutenir une famille de la Zone à défendre - 25/03 10h à Saint Nazaire

Publié dans Communiqués de presse

Le 25 mars prochain se tiendra au tribunal de Saint-Nazaire une procédure d’expulsion contre une famille d'habitants du Limimbout, village situé en plein cœur de la ZAD.
Nous voyons dans cette nouvelle offensive un acharnement des porteurs du projet d'aéroport contre les habitants de la zone, et nous tenons à ce propos à rappeler quelques vérités :

En juillet 2012, suite à une grève de la faim menée dans le centre ville de Nantes par les opposants au projet, un accord a été entériné entre ces derniers et le gouvernement protégeant les habitants de la zone titulaire d'un statut avant la DUP de 2008, soit 10 maisons d'habitation, jusqu'à la fin des recours juridiques. La famille qui va passer en procès le 25 s'inscrit dans le cadre de cet accord. Aussi, cette nouvelle action en justice nous apparaît comme un passage en force et une provocation de plus des porteurs du projet. Ce n'est d'ailleurs pas la première, elle prolonge une longue série de cinq convocations adressées à cette même famille depuis juillet 2012.

Des fausses déclarations de l'ancien propriétaire du bâtiment, assurant avec la complicité de l’État et du notaire, que la maison était vide au moment de la vente, construisent aujourd'hui l'argumentation juridique des porteurs du projet. Au prétexte de non paiement de loyer, AGO tente de justifier l'expulsion de ces habitants. En réalité, c'est leur engagement soutenu dans la lutte contre l'aéroport qui dérange. Nous ne sommes pas dupe des manœuvres orchestrées par l'accusation, et pointons leurs incohérences.


C'est pourquoi, nous dénonçons catégoriquement ces tentatives d'intimidations et rappelons notre détermination à poursuivre notre lutte et à continuer d'habiter et de faire vivre la zone pour les années qui viennent.
Par conséquent nous invitons tous les opposants au projet d'aéroport à venir soutenir la famille Herbin devant le tribunal de Saint-Nazaire, le mercredi 25 mars 2015 à 10h. Un départ en convoi est prévu de la ZAD à 8h30 au départ des Ardillères.
Un covoiturage est proposé à 9h au parking de la poste à Notre Dame des Landes.


Nous ne lâcherons rien.

L'ACIPA, COPAIN, l'ADECA, des occupants de la ZAD.

Paiement par paypal (paiement sécurisé par carte bancaire)


Participation combat juridique: *
 € 
Prénom, Nom *
Adresse
Téléphone:
E-mail *
Lettre d'info de l'ACIPA


Fait à:
Date:


Vérification anti spam:

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑