21
Janvier

L'aéroport de Nantes Atlantique a de beaux jours devant lui

Publié dans Communiqués de presse

Communiqué de presse - Notre-Dame-des-Landes, le 21 janvier 2015

Alors que les promoteurs du bétonnage à Notre Dame des Landes laissent entendre depuis quinze ans que la plateforme nantaise est à bout de souffle, on peut se féliciter que celle-ci continue de rendre correctement service à la population, avec 4,1 millions de  passagers en 2014. 
 
Nantes Atlantique a encore de beaux jours devant lui et il peut être amélioré, ce à quoi le nouvel Atelier citoyen travaille avec enthousiasme.
 
Sa progression en nombre de passagers sur les cinq dernières années (37 %) est la même qu’à Beauvais et à Bordeaux et bien inférieure à celle de Mulhouse (56 %), qui est passé de 4,1 à 6,5 millions de passagers de 2010 à 2014 avec 70 000 mouvements commerciaux sur sa piste unique. 
 
Notre aérogare peut être agrandie et réorganisée pour un coût raisonnable comme l’ont démontré les architectes qui ont travaillé pour le CéDpa en juin dernier. Nous attendons toujours la réponse du Ministre des transports à ces propositions, mais cela ne semble pas intéresser ses services qui ont validé un projet d’aérogare plus petite et 100 % lowcost à Notre Dame des Landes... 
 
La piste unique de Nantes Atlantique peut accueillir jusqu’à 110 000 mouvements d’après l’expertise complémentaire du débat public et sans doute bien plus, en modifiant les procédures, si l’on se réfère à l’aéroport similaire de Genève (193 000 mouvements). Combien de mouvements à Nantes en 2014 ? Moins de 50 000 mouvements commerciaux, un nombre en stagnation depuis 15 ans, malgré le doublement du nombre de passagers. Pour faire un peu de gonflette, Vinci annonce 70 000 mouvements, en incluant les vols VFR (les petits avions de l’aéroclub en vol à vue)... un trafic qui a disparu depuis longtemps des grandes plateformes aéroportuaires mais qui est toléré à Nantes du fait de la modestie du trafic.
 
Étant donné la progression de l’emport (nombre moyen de passagers par vol commercial), quand Nantes Atlantique atteindra 6 millions de passagers, ce sera avec moins de 60 000 mouvements d’avions. Et une flotte de plus en plus renouvelée d’appareils bien moins bruyants. D’ores et déjà, à Nantes comme dans les aéroports européens similaires, les zones de bruit rétrécissent de 2 à 5 % par an.

L’Atelier citoyen va bientôt présenter des propositions concrètes, réalistes, faciles à financer, et qui conserveront ce bel outil qu’est Nantes Atlantique, élu aéroport européen de l’année par les compagnies aériennes il y a juste deux ans. Il gagne de l’argent, paye des impôts et n’a pas besoin de subventions. Notre aéroport, réaménagé et modernisé, ce qui est parfaitement possible techniquement et économiquement, a vraiment de beaux jours devant lui ; il ne lui manque que l’arrêt du projet absurde à Notre Dame des Landes.

Le CéDpa

10
Février

Notre Dame des Landes : nous plantons, ils se plantent !

Publié dans Communiqués de presse

Notre Dame des Landes : nous plantons, ils se plantent !

Nous, paysan-ne-s, associations, élu-e-s, occupant-e-s de la ZAD, naturalistes en luttes, réaffirmons notre détermination à mener à leur terme l'ensemble des combats que nous avons engagés contre le projet d'aéroport, que ce soit sur le plan juridique ou sur celui de la résistance sur le terrain.

Le gouvernement s'est engagé l'an dernier à ne pas « débuter les travaux avant l'épuisement de tous les recours juridiques déposés». Son premier ministre préjuge depuis plusieurs semaines que ces recours seront perdus : il avance de manière répétée que les travaux démarreront quoi qu'il arrive au second semestre 2015. Il revient ainsi sur les engagements pris en laissant entendre qu'il n'attendra pas effectivement l'épuisement des recours, qui est pourtant censé inclure l'ensemble des appels et pas seulement le passage en premier instance. De plus des pressions continuent sur certain-e-s des plus anciens habitant-e-s de la zone comme en témoigne la nouvelle assignation au tribunal pour demander l'expulsion de la famille Herbin.

Face à ces menaces et cette volonté affichée de passage en force nous voulons rappeler que le combat juridique a toute son importance. Contrairement au gouvernement, nous ne présageons pas de l'issue des recours. Nous savons par contre que nous avons des arguments de poids et que nous irons jusqu'au bout de cette bataille juridique.

Ce que nous savons aussi, c'est que ce qui se vit et s'enracine sur le terrain, dans les villages et dans les champs sera décisif. Comme nous l'affirmons depuis plus de deux ans, nous irons aussi jusqu'au bout de cette bataille là. A ce titre, nous, paysan-e-s, associations, élu-e-s,

occupant-e-s de la ZAD, naturalistes en luttes affirmons ici :

* que l'occupation de la ZAD continue, que les cultures et habitats se densifient et s'envisagent dans le long terme (comme en témoignent les plantations d'arbres d'aujourd'hui et de multiples autres projets).

* que nous résisterons ensemble dans toute notre diversité sur les terres de Notre Dame des Landes et bien au-delà face à toute tentative d'attaque de la ZAD et de démarrage des travaux. Nous l'avons déjà fait face à l'opération César en 2012. Nous sommes aujourd'hui plus fort-e-s encore grâce à l'énergie accumulée par le mouvement dans la région et ailleurs, et le soutien de plus de 200 comités locaux.

* La multiplication actuelle des résistances face à des projets aussi inutiles que nuisibles nous conforte dans le fait qu'un grand mouvement s'est lancé dans la population face à l'aménagement marchand du territoire, à la privatisation du vivant, ou encore à la disparition des terres agricoles. Ce mouvement porteur d'un immense espoir, laisse augurer de la possibilité de choisir d'autres manières de vivre, d'habiter, de travailler et de cultiver. Elles sont déjà à l'oeuvre et ne se laisseront pas écraser.

Signataires : CéDpa, Adeca, Copain 44, Acipa, des occupant-e-s de la Zad, Naturalistes en Lutte, Union Syndicale Solidaires, NPA, Attac, EELV, Ensemble, les Objecteurs de Croissance, ...

04
Mars

« Sivens, plus jamais ça ? »

Publié dans Communiqués de presse

Alors que l’opposition au barrage de SIVENS fait preuve de sang froid pour ne pas entrer dans le cycle infernal de la violence, l'ACIPA souhaite faire part de son soutien total aux opposants en situation de siège par des groupes d'individus à l'attitude pour le moins violente et agressive. Il n'est pas acceptable que des personnes, fussent-elles ou non adhérentes de la FDSEA, fassent preuve d'un tel corporatisme qu'elles en viennent à restreindre le droit de leurs concitoyens à se déplacer, usant d'intimidation dans le moins pire des cas, y compris contre des agriculteurs (voir notamment ci-dessous le témoignage posté sur Facebook par l'épouse de l'agriculteur opposant au projet).

Par ailleurs, l'ACIPA dénonce tout autant et avec la plus grande vigueur, les actions miliciennes qui ciblent les personnes, les habitats et les matériels aux seules fins d'instaurer un climat de terreur pour faire taire l'opposition au projet de barrage, alors même que l’inutilité du projet a été confortée par les études demandées par la ministre de l’Environnement..
Ces terribles comportements semblent se développer sans qu'une réponse adaptée de l’État y mette un terme.

L'ACIPA est très attentive à la façon dont les pouvoirs publics traitent cette situation explosive.
Un autre malheur ne doit pas arriver, l’État et le syndicat FNSEA en porteraient la pleine et entière responsabilité.

 

Témoignage de Nadine Lacoste, 2/03/2015
 

Bilan de ma journée.
Pro barrage en bas de chez nous, les mensonges fusent, nos voisins ont la langue bien pendue.

Résultat
Impossibilité d'aller chercher notre fils à l'arrêt de bus qui se situe sur la D999 qui est une route à grande circulation. Les pro barrages refusent catégoriquement que l'on sorte de chez nous. Menace de mort, de dégradation de véhicule, coup de téléphone de pro barrages qui se trouvent en bas de chez nous etc. ,

Conclusion
Impossibilité de sortir de chez nous malgré la protection des forces de l'ordre..mon fils a du être ramené chez nous par une amie, au franchissement des barricades malgré la protection de la gendarmerie un pro-barrage a fait plusieurs photos de notre fils.
Mardi est un nouveau jour et l'on verra ce qu'il se passe sachant que vu leurs agressivité et que le risque zéro n'existe pas on préfère que notre fils reste à la maison donc privation d'école (alors qu'elle est obligatoire) et en ce qui me concerne je me suis vu dans l'obligation de prévenir mon boulot pour dire ce qu'il se passait donc je suis privée d'aller travailler.
La suite c'est quoi un nouveau mort??????


https://www.facebook.com/nadine.lacoste/posts/837534822959042?fref=nf

09
Mars

Un référendum, c'est mieux que la guerre mais...

Publié dans Communiqués de presse

Nous, associations ADECA, ACIPA et CéDpa, dont les actions portent sur lutte contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, avons bien entendu la proposition d’organiser un référendum départemental sur le sujet de Notre Dame des Landes faite ce matin même par Ségolène Royal.

Nous apprécions que Madame la Ministre ne soit pas, comme d'autres, sur une position guerrière de démarrage des travaux et d'expulsion de la ZAD. Mais nous voulons lui rappeler d'abord qu’un entretien lui est demandé par le collectif d’élu-e-s depuis juin 2013 sans réponse à ce jour. Ce serait pourtant l’occasion de l'informer de divers aspects du dossier dont elle n’a pas forcément eu connaissance.

Nous voulons aussi lui dire qu’un référendum ne pourra régler le problème du dossier de Notre Dame des Landes parce que ce dossier est basé sur des mensonges et des manipulations. Le choix du site est contraire à la loi sur l‘Eau et à la protection des espèces protégées et des recours sont toujours en attente de jugement sur ce sujet. La réponse de la France aux questions posées par la Direction Générale de l’Environnement de Bruxelles n'a pas été apportée à ce jour.

Enfin, nous rappelons que lors de son discours d'ouverture de la conférence environnementale François Hollande a exprimé l’idée que « Tout doit être fait pour que, sur chaque grand projet, tous les points de vue soient considérés, que toutes les alternatives soient posées, que tous les enjeux soient pris en compte […] La transparence est la première condition de la démocratie participative », ce qui est loin d’être le cas pour le dossier de Notre Dame des Landes.

Un référendum, outre le fait que son organisation même puisse être sujette à manipulation, n’est pas la solution pour régler les difficultés liées à ce dossier. La seule solution, c’est de suivre les avis scientifiques, dont le dernier date de février 2015, d'abandonner le site de Notre-Dame-des-Landes et de faire étudier de manière sérieuse et indépendante l’alternative tout à fait crédible de l’optimisation de l’aéroport de Nantes Atlantique.

Paiement par paypal (paiement sécurisé par carte bancaire)


Participation combat juridique: *
 € 
Prénom, Nom *
Adresse
Téléphone:
E-mail *
Lettre d'info de l'ACIPA


Fait à:
Date:


Vérification anti spam:

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑