22
Février

Cliquer ici pour signer cet appel

 

Qui a déclaré : « A  Paris, il y a eu bien des révolutions depuis des siècles, mais aujourd’hui c’est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d’être accomplie : la révolution sur le changement climatique »?

Réponse : François Hollande, en clôture de la COP21, la conférence internationale sur le climat, le 12 décembre 2015.

Mais comment parler d’une révolution sans les actes courageux pour la faire advenir ? L’accord de Paris, adopté à l’unanimité en décembre 2015 à l’issue de la COP21, fixe au monde l’objectif de contenir l’élévation de la température de la planète « nettement en-dessous de 2° C » et de « poursuivre l’action » pour la limiter à 1,5° C. Y parvenir réduirait sensiblement les risques liés au dérèglement climatique, qui modifierait de manière irréversible les conditions d’existence sur Terre.

Dès aujourd’hui, les émissions excessives de gaz à effet de serre et les dérèglements qu’elles provoquent accentuent les inégalités sociales et font courir de nouveaux risques sur l'ensemble du globe. Six cent mille morts de désastres climatiques depuis 1995 ; 250 millions de réfugiés climatiques à l’horizon 2050 : derrière ces chiffres, c’est la responsabilité de notre génération qui est en jeu. Tous les chefs d’Etat et de gouvernement ont reconnu cette responsabilité dans l’accord de Paris.

Mais pour véritablement prendre sens, cet engagement doit maintenant dépasser les simples promesses diplomatiques et être mis en œuvre concrètement. Cela passe par la réduction d’activités émettrices de gaz à effet de serre, en particulier la combustion d’énergies fossiles.

L’engagement pris dans l’accord de Paris n’est pas compatible avec la construction d’un aéroport à Notre Dame des Landes sur près de 2000 hectares de terres agricoles et de milieux naturels (qu’habitent de nombreuses espèces protégées), qui générerait un surcroît d’émissions par l’aviation, le bétonnage d'une des plus grandes zones humides du pays, et la destruction de fermes paysannes.

A l’inverse, préserver le bocage fertile et riche en biodiversité de Notre Dame des Landes serait le signe de la maturité d'un pays prêt à s’engager dans la voie nouvelle de la transition énergétique et écologique, dont les générations actuelles comme les générations futures ont tant besoin. Abandonner ce projet ne préserverait par ailleurs pas que l’écosystème local : renoncer à un projet émetteur de gaz à effet de serre contribue également à préserver notre avenir à tou.te.s.

Depuis plus de 40 ans, le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes suscite l’opposition résolue et concertée d'agricultrices et d’agriculteurs, d’associations de protection de l'environnement, d’élu.e.s, d’habitant.e.s de la région, de riverain.e.s, de syndicalistes, ainsi que de nombreuses personnes à travers la France. Sur place, les opposant.e.s au projet d’aéroport mènent des expériences riches en enseignements, dans le domaine de l’agroécologie, de la permaculture, de l’habitat léger, etc. La qualité des études qui ont conduit à l'autorisation de l'aéroport est quant à elle contestable, son utilité même est remise en cause, de même que les dépenses que sa construction implique. L’abandon de ce projet, lancé il y a  cinquante ans et désormais dépassé, est la seule position cohérente et pragmatique pour l'avenir de notre climat - c’est en effet à l’aune de l’accord de Paris que doit être jugée la pertinence de ce projet.

-----

Premier.e.s signataires : 

Giorgio Agamben, philosophe

Geneviève Azam, économiste, porte-parole d’Attac

Ludivine Bantigny, historienne

Jérôme Baschet, historien

Philippe Bihouix, ingénieur et écrivain

Christophe Bonneuil, historien, CNRS

Dominique Bourg, Philosophe

Yves Citton, professeur à l'université de Grenoble-Alpes et co-directeur de la revue Multitudes

Florent Compain, président des Amis de la Terre

François Cusset, historien

Denis Couvet, écologue, professeur au Museum national d’histoire naturelle

Amy Dahan, historienne et sociologue des sciences

Deborah Danowski, philosophe

Virginie Despentes, écrivaine

Vincent Devictor, Ecologue, CNRS

Cyril Dion, écrivain et réalisateur

Pierre-Henri Gouyon, professeur d'écologie au Museum national d’histoire naturelle

Émilie Hache, philosophe

John Holloway, sociologue et philosophe

Jean Jouzel, climatoloque, ancien vice-président du groupe scientifique du GIEC

Naomi Klein, journaliste

Catherine Larrère, philosophe

Jérôme Leroy, écrivain

Erri de Luca, écrivain

Virginie Maris, philosophe, membre du Conseil Scientifique du Patrimoine Naturel et de la Biodiversité auprès de la Ministre de l'écologie

Bill McKibben, co-fondateur de 350.org

La Parisienne Libérée, chanteuse

Pierre Perbos, président du RAC

Karen Pinkus, professeure de littérature comparée et d’italien

Serge Quadruppani, écrivain, traducteur

Pierre Rabhi, paysan, écrivain et philosophe

Marc Robert, professeur de chimie, Univversité Paris Diderot

Marie-Monique Robin, journaliste, réalisatrice et écrivaine

Kristin Ross, professeure de littérature comparée

Isabelle Stengers, philosophe

Eduardo Viveiros de Castro, anthropologue

Patrick Viveret, philosophe

19
Février

Voici des explications sur la manifestation du 27 février ; nous invitons toutes celles et ceux qui nous rejoindront à ce moment-là à les lire attentivement :

## Rappel

L’annonce le 11 février d’un possible référendum local par François Hollande ne remet aucunement en cause la mobilisation du 27 février et notre détermination. Nous appelons à manifester d’autant plus nombreux ensemble ce jour là pour l’arrêt des menaces d’expulsion, l’abandon du projet d’aéroport et l’avenir de la zad !

## D'abord un grand merci

à toutes celles et ceux qui se mobilisent depuis des semaines de près comme de loin pour que la manifestation du 27 soit un succès, pour les relais, collages d'affiches, organisations de bus, soirées d'infos...
Cela s'annonce déjà énorme et nous avons encore dix jours pour faire encore croître la mobilisation.

2016-02-27 Manif Plan 680pix
## Le déroulement général de la manifestation

- Voilà un plan pour mieux s'y retrouver soit ici sur le site ACIPA ou sur le site de la ZAD 

Samedi 27 février nous manifesterons aux deux extrémités de la zad, là où le gouvernement voudrait commencer les travaux, en l'occurence aux deux endroits où seraient situés les échangeurs entre les 4 voies existantes et la desserte de l'aéroport en projet. Il s'agira ce jour là de montrer notre capacité à protéger et entourer la zad en cas de tentative d'expulsion ou de démarrage des travaux.

La manifestation commencera à 10h et sera d'abord constituée de deux cortèges :

  • l'un piéton et aussi vélos à l'ouest (Rv aux Quatre Nations -sur route Nantes Vannes - Voir plan ) qui se dirigera par la 4 voies Nantes-Vannes jusqu'au niveau du Temple de Bretagne, soit une marche de 5 km.
  • l'autre en tracteur et vélo seulement, à l'est (RV à l'Erette – Près   de la route Nantes-Rennes - Voir plan) qui se dirigera vers la 4 voies Nantes-Rennes et l'occupera pendant 1 heure. Ce cortège Est rejoindra ensuite le reste des manifestants sur la 4 voies à l'ouest au niveau du Temple de Bretagne (en passant par le bourg de Notre-Dame et les routes qui seraient élargies dans le cadre du démarrage des travaux du projet d'aéroport, soit une quinzaine de km). Il est possible de prendre ce convoi à vélo en cours de route, notamment lors de son passage à Notre Dame des Landes, aux Ardillières ou au Chêne des Perrières.

 

Sur la quatre voies de Vannes au niveau du Temple de Bretagne, il y aura entre autres un concert, un grand pique-nique et le soutien à l'édification d'une tour de guet sur un des champs menacés par le bétonnage.
 
Il est recommandé aux manifestants de faire de leur mieux pour arriver aux deux points de rendez-vous à l'heure car il sera probablement plus difficile de nous rejoindre en voiture par les 4 voies une fois que chaque manifestation s'y sera installée.
 
Il sera d'ailleurs fortement conseillé après 10h de passer par les départementales.

  • Nous proposons aux comités qui le souhaiteraient de venir avec des panneaux et messages de solidarité à disposer et implanter le long de la route, ainsi qu'avec de quoi faire des fresques sur le bitume.
  • Nous invitons les fanfares, groupes, circassien-ne-s et autres artistes qui pourraient jouer de manière autonome l'après-midi en acoustique à le faire (ils peuvent nous contacter à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
  • Des cantines seront présentes sur place, mais vu le nombre de personnes attendues, nous invitons à venir avec de quoi pique-niquer et avec de bonnes choses à partager.

 

La manifestation prendra fin à 18H. Elle sera suivie d'une fête et fest noz dans un endroit proche de la zad. (Nous demandons aux participant-e-s à la fête d'être particulièrement attentif/ves à nos voisins des bourgs alentours, notamment pour ce qui concerne le stationnement et le passage dans les bourgs. Et bien sûr, pensez à prendre des bottes !

## Rejoignez aussi le convoi Est et la tracto vélo :
  • On invite fortement les manifestants de la région ou d'ailleurs qui   peuvent venir avec leur vélo à se rendre à l'est sur l'axe Nantes-Rennes pour qu'il y ait aussi du monde de ce côté là. Nous vous promettons une belle balade à travers le bocage et un accueil triomphal à l'Ouest à l'heure du repas.
## Pour venir :
  • Plein de bus sont prévus de différentes villes et régions.  Des covoiturages s'organisent aussi de partout. Un site dédié qui regroupe plein d’infos (covoit, hébergement, cars...) : http://www.annonces-ndl.org/
## Parking et arrivées Bus
  • Un accueil et des boissons chaudes sont prévus au point d'arrivée des bus qui se fera côté Ouest, sur la ZI des 4 Nations à Vigneux de Bretagne  Point GPS N 47°18’0.4608’’ W 1°45’13.2468’’
  • Les bus repartiront du bourg du Temple de Bretagne Point GPS N47°19’50.597’’ W1°47’33.3702’’. Il sera demandé les numéros de tel du chauffeur de bus et d'un responsable par car pour parer à toute difficulté.
## Parking autres
  • Les différents points de parking aux 4 Nations et à l'Erette sont sur la carte.
  • Il est aussi possible de se garer à Notre Dame des Landes ou à La   Pâquelais et de partir en vélo rejoindre les convois. Cela laissera de la place sur les autres points de parking et ça fait une jolie balade.
 ## Couchage
  • Pour ceux et celles qui voudraient arriver la veille et dormir sur place dans la nuit de samedi à dimanche, ll existe des possibilités de logement chez des voisins et opposants du coin. Faites le savoir à l'avance ! Attention les possibilités de couchage sur la zad sont limitées (il y a déjà pas mal de monde sur zone dans les espaces d'accueil) surtout en cette saison peu propice au camping, et on aimerait fort que les gens ne se se posent pas partout en vrac afin de préserver les coins de champs et de forêts.
  • Alors si vous voulez arriver avant ou après, et dormir sur place allez voir le site : http://www.annonces-ndl.org/

 

Si vous n'arrivez pas à vous inscrire, vous pouvez toujours écrire un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

## Points infos

Plusieurs points d'infos (documentation ainsi que T-shirts, badges, autocollants de la lutte...) seront proposés :   

  •  au local de Notre Dame des Landes, rue des Chênes (de 9h à 18h le samedi 27 et le dimanche 28)
  •  à l'arrivée des cars sur la zone des 4 Nations à Vigneux de Bretagne (de 9h à 11h)
  •  à l'arrivée des 2 convois sur la 4 voies de Vannes au nord de la commune du Temple de Bretagne (de 11h à 18h)
## Rencontre intercomités du 28

Une rencontre intercomités aura lieu le dimanche 28. Nous invitons chaque comité à y envoyer un ou deux émissaires (plus de précisions seront envoyées aux comités à ce sujet)

## Résumé du déroulement et des Rendez-vous :

10h - RDV piétons + vélos  sur la zone des Quatre Nations à Vigneux de Bretagne -axe Nantes-Vannes
10h – RDV vélo-tracteurs sur la zone de l'Erette à Grandchamp des Fontaines -axe Nantes- Rennes

11h00 : Début de la manif piétons-vélos sur la quatre voies Nantes-Vannes jusqu'à la zone du projet d'échangeur ouest (5km), au niveau du Temple de Bretagne

11h00 : Descente en vélo et tracteur sur la quatre voies Nantes Rennes sur la zone de l'échangeur. Environ 1 heure de blocage de la quatre voies avec prises de parole, puis départ en convoi (15 km) pour rejoindre l'échangeur ouest, en passant par le bourg de Notre-Dame et les routes qui seraient élargies dans le cadre d'un éventuel  démarrage des travaux du projet d'aéroport. Il y aura des concerts tout le long du convoi.

13h30 : Arrivée des tracteurs et vélos à l'ouest. Rassemblement de tous sur la quatre voies de Nantes Vannes avec prises de paroles, construction de vigies, concerts, cantine and co....

18h : Fin de l'occupation de la 4 voies Nantes Vannes, départ en convoi piétons, tracteurs, vélo vers une grande fête pour l'avenir de la ZAD : concerts et fest-noz, bar et cantine, infirmerie ET dortoirs.

Lien vers le texte d'appel

03
Février

L'annonce le 11 février d'un possible référendum local par François Hollande ne remet aucunement en cause la mobilisation du 27 février et notre détermination. Nous appelons à manifester d'autant plus nombreux ensemble ce jour là pour l'arrêt des menaces d'expulsion, l'abandon du projet d'aéroport et l'avenir de la zad !

Informations pratiques et déroulé de la manif

Nombreuses vidéos d'appel :

 

 

Pour l’abandon du projet d’aéroport - Pour l'avenir de la ZAD

Ni expulsions, ni travaux

 
Face aux menaces du gouvernement, le mouvement anti-aéroport est plus dense et vivant que jamais. En témoignent la mobilisation en urgence de 20 000 personnes et près de 500 tracteurs sur le périphérique nantais le 9 janvier, les actions de blocages et mobilisations paysannes qui ont suivi, le rassemblement devant le tribunal de Nantes et les multiples manifestations dans des dizaines d'autres villes en France et au-delà.
 
La résistance à Notre-Dame-des-Landes est aujourd'hui devenue emblématique de tant d’autres luttes contre les destructions environnementales et sociales, de tant de combats face à la disparition des terres agricoles ou aux causes du changement climatique. Elle marque un refus ferme de la marchandisation continue du territoire et de nos vies. Ce qui se construit sur la ZAD est porteur d'un immense espoir parce que s'y inventent d’autres manières d’habiter le monde, de cultiver, de créer et de s'organiser en commun. Les 30 et 31 janvier, c'est un millier de personnes qui sont venues participer à plus de 30 chantiers simultanés pour renforcer ce que Vinci voudrait détruire. En ces temps d'état d'urgence en passe de devenir perpétuel et d'atteinte prolongée aux libertés publiques, la détermination qui anime le bocage est un encouragement contagieux à ne pas se résigner.

Mais le 25 janvier, le juge des expropriations a prononcé l'expulsion des paysan-ne-s et habitant-e-s légaux de la ZAD : immédiate pour les exploitations agricoles, sous deux mois pour les habitations.  Les quelques 200 nouvelles personnes qui, depuis 2007, se sont installées sur la ZAD pour y vivre et la protéger, sont, elles aussi, susceptibles d'être délogées par la force. La décision de passer à l'acte est aujourd'hui entre les mains du gouvernement.
 
Hollande s'était engagé à attendre la fin des recours juridiques contre le projet d'aéroport. Ceux-ci ne sont pas épuisés : les recours contre les arrêtés loi sur l'Eau et Espèces Protégées sont en appel, une procédure de pré-contentieux est encore pendante devant la Commission Européenne. Pourtant, Valls, de son côté, martèle toujours sa volonté d'expulser la ZAD et de démarrer les chantiers à court terme, confortant les porteurs du projet. De premiers travaux de défrichage sont censés commencer avant la mi-mars.
 
Si la pression sur l'ensemble de la zone est aujourd'hui plus forte que jamais, il n'est pas question de partir et de laisser la place aux tractopelles de Vinci, ni de vivre continuellement avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Il n'est pas non plus question de diminuer notre propre pression sur les porteurs du projet et le gouvernement.
 
Au contraire, c'est maintenant qu'il faut enfin gagner l'abandon du projet d'aéroport par notre mobilisation ! Dans le bras de fer qui s'est engagé, la puissance du mouvement dans la France entière pendant les semaines à venir va être décisive. Toutes les composantes de la lutte appellent donc à multiplier les actions de solidarité, en préambule d'une journée de mobilisation massive et générale le 27 février. Cette journée aura pour mot d’ordre l’arrêt des menaces d’expulsion sur les paysan-ne-s et habitant-e-s de la ZAD, ainsi que l’abandon définitif du projet d’aéroport. Nous invitons tous les comités et soutiens à relayer très fortement l'appel pour cet événement et à organiser des bus et convois pour s'y rendre.
 
Nous nous rassemblerons le 27 février en fin de matinée, précisément là où les travaux sont censés commencer, pour y faire la démonstration concrète de notre capacité à les bloquer. Nous convergerons ensuite vers une grande fête pour l'avenir de la ZAD. Les différentes heures exactes de rendez-vous et points de départ des cortèges seront précisés par la suite.
 
Celles et ceux qui habitent et cultivent la ZAD ne la quitteront pas !
Il n’y aura jamais d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes !

 


 

Signataires de ce texte :

  • des membres de la Coordination des opposants : ACCV, ACIPA, ADECA, Agissons Pour l’Avenir, Amis de la Terre (France), ATTAC, CéDpa, CELA, EELV , Ensemble ! 44 et Ensemble ! national,  Greenpeace France, MEI 44, Décroissance-MOC, M’PEP, Nature Avenir, NPA 44 et NPA national, OBSLAB, Parti de Gauche 44 et PG national, Place au Peuple-FDG44, Rezé à Gauche Toute, Solidarités Ecologie, Sèvre propre 2015, Union Syndicale Solidaires 44 et national, Vertou écologie Solidarité, ….
  • le COPAIn 44 (Confédération Paysanne 44, CIVAM, GAB44, Manger Bio, Accueil Paysan, Terroirs 44)
  • des occupant-e-s de la ZAD
  • l’assemblée du mouvement réunie le 2 février
  • Les Naturalistes en lutte
  • des comités de soutien : le CAAC La Chapelle sur Erdre, le collectif NDDL/Plateau de Saclay dans le 91, le Collectif Vigilance Aéroport Pays de Redon et de Vilaine,  le collectif Alsace NDDL, le comite soutien ZAD-Catalunya!, le Comité de Chantenay, le collectif Sud Loire Vertou, le collectif de Chemillé, le comité bigouden, le comité NDDL du Comminges (sud de la Haute-Garonne, 31), le collectif d'opposants à l'aéroport de Notre Dame des Landes du pays de Saint-Malo,  le collectif des buzug du Trégor (22), le comité Sud Vilaine, le Comité NDDL 63 (Puy de Dôme), le Comité de soutien de Ploërmel (Morbihan), le comité Notre Dame des Landes La Roche sur Yon (85), le comité Guérande/Cap Atlantique contre l'aéroport NDDL, le Comité NDDL 18,   le  Collectif d'opposants au projet d'aéroport à NDDL-Région Cholet, le Comité Pays Basque !,  le collectif Pays de Vannes contre l'aéroport NDDL, le Cpapa ( Comité Pour l'Abandon du Projet d'Aéroport ) St Nicolas, Plessé, Avessac, Fégréac, le comité de ouest du 43 (Haute-Loire), le Collectif de Saint-Herblain/Indre,  le collectif Lochois nddl, le "collectif NDDL St-Brieuc", le collectif lorientais, le comité anti-aéroport de la région nazairienne (CAARN), le Comité de Montaigu, le comité de Blain contre le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, l'intercomité 79 de lutte contre le projet d'aéroport, le Collectif des CItoyens Vendômois COntre le Projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes,  le comité de Couëron, Les comités lorrains de soutien à la lutte à NDDL, le CCACPA (Angers),  Comité poitevin contre l'aéroport de NDDL et son monde, le collectif contre l'aéroport et son monde de Morlaix, les comités lorrains, le comité NDDL Pays Basque, le collectif Jura Notre Dame des Landes,  le Comité NDDL Saumur-Chinon, COOPA: Collectif Orvaltais des Opposants au Projet d'Aéroport, ...…
  • des organisations diverses : Alternatives et Autogestion, Les Amis de la Confédération Paysanne, Nantes est une fête, Génération Ecologie, La Fédération de Vendée du Parti Communiste Français, Initiatives Décroissantes pour le Climat, Ami-e-s du Front de Gauche de l'Est du Morbihan, UTOPIA, " Restons  fermes ", « Collectif Bon pied bon oeil", ''Sous le vent, les pieds sur terre'',  MS21 ( Mouvement pour un socialisme du 21è siècle), PCF56, Bureau National de Solidaires-Météo, l'association La Marmite, de La Vraie-Croix (56), la CNT 29, la Coordination Climat Justice Sociale de Genève, AIVES, Alternatiba Caen Coalition Climat, Alternatiba Nantes et Alternatiba Paris, Le Front Anticapitaliste 44, Le Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), Alternative libertaire, syndicat CGT-FORET Centre Ouest Auvergne Limousin, la Coordination BureStop, Confédération Paysanne nationale, La Fédération anarchiste,  …

Mise à jour du 20/02/2016

 


 

Nous invitons à relayer très largement cet appel au format numérique, à le mettre sur vos sites et à le diffuser dans vos réseaux.

Nous appelons les orgas, collectifs, assos, comités qui le souhaitent à co-signer ce texte (envoyez vos signatures à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ) ou afficher par d'autres biais leur soutien et leur participation à la mobilisation du 27 février.

Evènement Facebook à partager, infos diverses (dont les cars organisés par les comités et les liens vers les sites de covoiturage)

Pour vos covoiturages / cars / offfres et demandes d'hébergement site dédié :

http://annonces-ndl.org/

Téléchargez les affiches - des tirages papier sont disponibles au local du bourg de NDL ce samedi 13/02

2016-02-27 Manif Affiche A4-CL-icone

2016-02-27 Manif Affiche A5-CL-icone 2016-02-27 Manif Affiche JPG-HD-icone 
2016-02-27 Manif Affiche A4-NB-icone 2016-02-27 Manif Affiche A5-NB-icone  2016-02-27 Manif Affiche JPG-BD-icone

 

 

 

A bientôt et merci pour tous les gestes de solidarité.

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑