28
Novembre

Open letter

to OECD Delegates

for COP 21

Nantes, November 27th 2015

What is Notre Dame des Landes airport really about?

 

NDDL airport is not about law abiding and State authority.

 

NDDL airport is not, primarily, about Environment.

 

NDDL airport is not about a few “bourgeois” shocked by the behaviour of “zadistes”, a new species of hippies who occupy the site.

 

NDDL airport might well become yet another sad instance in a long list of white elephants which include Ciudad Real in Spain, closed after 3 years, or Montreal-Mirabel, abandoned after 22 years and which cost Quebec so dearly. The project clearly demonstrates a lack of awareness of the market forces: an airport does not create traffic just because it is there.

 

NDDL airport is the child of stubborn politicians, backed by servile civil servants who are not prepared to displease by issuing objective recommendations. Of course they will never accept any independent arbitration.

 

NDDL airport is the result of a culture of political correctness, an approach whereby any serious discussion over the issue is avoided, and whereby the incestuous relationship between the Government, top civil servants and heads of major companies generates inefficiency.

 

NDDL airport would mean pouring cement over 3000 acres of precious natural wetland, an area the same size as London Heathrow (Europe’s n°1 airport), in order to welcome one tenth of the passengers (i.e. 7 million passengers as opposed to 70 million).

 

NDDL airport is about a Prefect (government-appointed head of the “Région”) who killed the equally sensitive Toulouse airport project, originally initiated by right wing politicians. Today he is fighting the anti-NDDL lobby who are using precisely the same arguments he himself had used at the time.

 

NDDL airport is about a Right wing senator from Vendée who will see the dynamic network of business from southern Loire, become cut off from the new airport by the traffic jams on the river bridges, northbound mornings and southbound evenings. But, he hopes to be elected as the “Région” next president, he needs his Nantes allies and, together with them, he attacks the socialist Government for their lack of spine regarding NDDL, insisting that, his party, the Right wing, would go ahead.

 

NDDL airport is about sheer demagogy, seeking the vote of ordinary citizens, who in most cases confess their total ignorance on the subject, by playing on their local pride: “Why should western France not have its prestigious major international airport?”

 

NDDL airport is about lying on the costs involved. The estimated figure released in 2012 by VINCI, the contractor, was €450M. However, that was based on a capacity limited to 4 million passengers and with shortfalls of all sorts (runway, airbridges, etc.). The actual updated project, complete with necessary road and train connections and a new bridge on the Loire is probably worth several billion Euros.

 

NDDL airport means a lie regarding the existing Nantes Atlantique airport, which is far less busy than other similar single runway airports, catering up to 3 or 4 times more traffic, such as Geneva, San Diego or Lisbon. A category 4 European airport, it can easily and gradually be optimised and modernised on its existing site. The total cost would stand between €100M to €200M, as opposed to some €900M deemed necessary by officials (who include totally unnecessary land expansion).

 

NDDL airport means the forced stagnation of Nantes Atlantique. No effort has been spared, over the last fifteen years, to convince Nantes inhabitants that progress is just impossible. Actually, noise efficient descent patterns could easily be introduced, and this, combined with new generation aircraft, would mean a quick reduction of noise areas, in total contradiction with the official line of ever increasing noise levels. Around London or Paris airports, noise is diminishing year after year: 8 times fewer people are concerned by a given level of noise around London Heathrow, over 30 years, according to official British figures.

 

NDDL airport means the embarrassment of resurrecting a useless project dating back to the sixties, in the same year Paris welcomes thousands of guests, from all over the world, flying in to attend a major climate event: COP21- while the city is still unable to offer decent rail connections to Paris-CDG airport (which has been awaited for more than 40 years).

 

HURRAH to ambitious and competitive projects, benefiting travellers and taxpayers, based on existing demand and open debate.

 

We say NO to political face-saving stubbornness or voter-centric demagogy.

 

If the matter was not so serious, it might even be amusing:

 

  • To see the actual cost of building runways on deep muddy clay.
  • To stare at an empty state-of-the-art terminal when Marseilles or Bordeaux have built cheap and adequate terminals perfectly suited to the low-cost traffic, dominant in regional airports.
  • To witness the rage and frustration of all southern Loire voters compelled to drive through horribly congested bridges to get to the airport and back, mornings and evenings, at rush hour.
  • To count the days when fog on this spongy plateau will deny the use of the airport to low-cost, regional and charter aircraft for which low visibility landing is not an option.
  • To see passengers from Le Mans, Angers, Rennes or La Roche, who will have contributed to NDDL with their taxes, take high speed rail to Paris-CDG because the flight offer is still 10 to 20 times richer than in NDDL.

 

It is a pity for valuable birdlife around the well-known Lac de Grandlieu sanctuary, protected from construction by legal noise restrictions. Given the greed that some lobbies barely hide, the area will gradually be invaded and spoiled by extensive housing developments.

 

Jacques Bankir
Ex CEO of Regional Airline Company, Nantes

Thierry Masson
Airline pilot – member of a pilot collective

Jean-Marie Ravier
Engineer, business manager - Nantes

Françoise Verchère
Co-president of CeDpa (Collectif d’élu-e-s Doutant de la pertinence du projet d’aéroport)

Philippe Trotté
Vice-president of CeDpa

Dominique Fresneau
Co-president of ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport)

Anne-Marie Chabod
Co-president of ACIPA

Christian Grisollet
Co-president of ACIPA

Sylvain Fresneau
President of ADECA (Association de Défense des Exploitants Concernés par l’Aéroport)

 

Copy to : Mrs Ségolène Royal, French Minister for Environment ; Mr Laurent Fabius, French Minister for Foreign Affairs

 

Link to the English version

28
Novembre

Lettre ouverte

à Mesdames et Messieurs les délégués

des pays de l’OCDE pour la COP 21

Nantes, le 27 novembre 2015

L’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est…

 

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes ce n’est pas une affaire d’Etat de droit.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, ce n’est pas, d’abord, un débat sur l’écologie.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, ce n’est pas l’indignation que suscitent quelques zadistes auprès de quelques bourgeois indignés.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes c’est l’absurdité d’un éléphant blanc qui viendrait s’ajouter à d’autres aventures politico-administratives, celles de Ciudad Real, fermé au bout de trois ans, celle de Montréal-Mirabel, abandonné au bout de 22 ans et qui a coûté si cher au Québec. C’est l’ignorance de la loi du marché : un aéroport ne crée pas le trafic.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est l’entêtement de politiciens, protégés par une administration à leurs ordres, qui se garde de déplaire et de les éclairer de façon objective, tout en se refusant à tout arbitrage indépendant.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est le résultat d’une culture du politiquement correct où l’on escamote le vrai débat et où la consanguinité entre mondes politique, administratif et grandes entreprises est stérilisant.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est le projet de couler du ciment sur 1200 ha de zones humides pour traiter peut-être le dixième du trafic de Londres Heathrow (7 millions de passagers au lieu de 70), aéroport qui occupe la même surface.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est un préfet qui, sur la base des mêmes arguments que ceux utilisés par les opposants à NDDL, a condamné le projet de transfert de l’aéroport de Toulouse où le seuil de piste est à 5 km du Capitole, projet poussé par la Droite, et qui, nommé à Nantes par la Gauche, menace avec un langage martial ces mêmes opposants.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est un sénateur de Vendée qui verra tout le tissu de PME du Sud-Loire isolé du nouvel aéroport par la saturation des ponts du périphérique mais qui prépare les élections régionales et qui a besoin de ses alliés nantais. Il vilipende donc, avec ces alliés démagogues, la Gauche pour son indécision et affirme qu’eux, iraient de l’avant.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est une basse démagogie. Elle consiste à flatter, sans aucune justification économique, les électeurs qui disent, ignorant tout du sujet : « Pourquoi l’Ouest n’aurait-il pas son grand aéroport ? ».

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes c’est un mensonge sur le prix. Le montant affiché par Vinci dans sa présentation de 2012 est de 450 millions. Mais c’est pour une capacité de 4 millions de passagers, d’ores et déjà atteinte, avec des impasses sur les pistes, les passerelles d’embarquement, etc. Le vrai prix avec redimensionnement du projet, routes, tram-train, nouveau pont sur la Loire, sera de plusieurs milliards.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, ce sont des mensonges sur Nantes Atlantique, un aéroport à une piste mais bien moins critique que d’autres au trafic triple ou quadruple (Genève, San Diego, Lisbonne,…), de quatrième catégorie en Europe, et qui peut être optimisé et modernisé, facilement et progressivement, pour 100 ou 200 millions d’euros, dans ses limites actuelles, là où l’administration prétend qu’il faudrait quelque 900 millions avec des extensions foncières totalement injustifiées.

 

L’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est, depuis 15 ans, l’obsolescence programmée de Nantes Atlantique, car il ne faut surtout pas donner l’impression aux Nantais que l’on pourrait améliorer les installations ou les procédures et diminuer le bruit considérablement, en tirant tout le profit de la modernisation rapide des avions qui y décollent ou y atterrissent. A Londres ou à Paris, le bruit diminue constamment : huit fois moins d’habitants concernés par un niveau de bruit donné, en trente ans, à Londres-Heathrow, d’après les calculs officiels…. britanniques.

 

Notre Dame des Landes, c’est la honte de relancer un grand projet inutile des années 60 alors que l’on reçoit le monde à Paris pour discuter climat dans le cadre de la COP21 et que l’on attend depuis 40 ans une liaison ferroviaire décente avec Roissy-CDG.

 

OUI aux grands projets, utiles, favorisant la compétitivité, respectant le contribuable, justifiés par de réels enjeux et de vrais débats. NON aux entêtements politiques qui n’ont pour objet que de sauver la face ou qui relèvent de calculs bassement démagogiques.

 

Si ce n’était pas si grave, cela pourrait presque être amusant:

 

  • De voir ce que coûteraient vraiment ces pistes à construire sur des zones argileuses ;
  • de voir une aérogare tape à l’œil et vide, là où Bordeaux ou Marseille ont construit des installations frugales et économiques pour les low-cost qui représentent l’essentiel du trafic en province ;
  • de voir tous les passagers du Sud Loire pester pour franchir les ponts dans le sens le plus saturé, matin et soir ;
  • de compter le nombre de jours de brouillards sur ce plateau humide, avec des avions régionaux, low-cost ou charters qu’il est trop cher d’équiper pour l’atterrissage sans visibilité ;
  • de constater que les passagers d’Angers, Le Mans, Rennes ou La Roche, que l’on aura taxés pour financer Notre Dame des Landes, iront en TGV à Paris où ils trouveront une offre aérienne dix à vingt fois supérieure.

 

Dommage pour les oiseaux, dommage pour ces zones du lac de Grandlieu et autres, aujourd’hui naturellement protégées par le plan d’exposition au bruit, qui seront progressivement rognées et souillées par les appétits immobiliers que certains lobbies cachent si mal.

 

Jacques Bankir
ex PDG de Régional, Nantes

Thierry Masson
Pilote de ligne - Collectif de pilotes

Jean-Marie Ravier
Ingénieur, chef d’entreprise - Nantes

Françoise Verchère
Co-présidente du CéDpa (Collectif d’élu-e-s Doutant de la pertinence du projet d’aéroport)

Philippe Trotté
Vice président du CéDpa

Dominique Fresneau
Co-président de l’ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport)

Anne-Marie Chabod
Co-présidente de l’ACIPA

Christian Grisollet
Co-président de l’ACIPA

Sylvain Fresneau
Président de l’ADECA (Association de Défense des Exploitants Concernés par l’Aéroport)

 

Copie : Mme Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie ; M. Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères.

 

Direct link to the English version

22
Novembre

Manifeste pour la sauvegarde des terres agricoles en voie d’épuisement, de bétonnage et d’accaparement

Ce manifeste, cosigné par l'ACIPA,  a été lancé par un regroupement d’acteurs issus de la société civile à l’occasion

de la « Journée mondiale des sols » du 5 décembre 2015,

de l’année 2015 déclarée « Année internationale des sols » par la FAO

et de la « Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques » de Paris (décembre 2015).

 

Les menaces auxquelles nous devons faire face

Les terres agricoles sont soumises à deux facteurs combinés de détérioration physique :

  • l’artificialisation par bétonnage, goudronnage, compactage et mitage (urbanisation éparpillée),
  • l’épuisement des sols : perte de fertilité par surexploitation agricole, érosion, désertification, salinisation, contamination, pollutions diverses.

 

La réduction croissante des surfaces qui en résulte, ainsi que la baisse de la fertilité naturelle des sols, a de graves conséquences à la fois économiques, sociales et écologiques :

  • augmentation préoccupante de la dépendance agricole et alimentaire de nombreux pays, du Sud comme du Nord, vis-à-vis des marchés internationaux,
  • baisse de la capacité des sols à stocker le carbone sous forme de matière organique et à limiter le réchauffement climatique,
  • augmentation du ruissellement de surface et des phénomènes d’inondations et d’érosions,
  • limitation des infiltrations pluviales, de la régénération des nappes phréatiques et de la filtration naturelle des eaux,
  • perte de biodiversité sauvage, cultivée et élevée,
  • perte de patrimoines paysagers qui façonnent profondément la culture des territoires.

 

Cette raréfaction globale des sols entraîne, par ailleurs, un effet induit très inquiétant. Il s’agit de l’accaparement des terres les plus fertiles par des acteurs privés, voire par certains États qui souhaitent s’assurer un accès durable à cette ressource vitale au-delà de leurs frontières. Ce phénomène accélère encore la perte de souveraineté alimentaire dans de nombreuses régions, avec toutes les conséquences que cela peut entraîner en termes de tensions sociales et géopolitiques.

 

L’ampleur du phénomène et la nécessité d’agir vite !

La France est fortement touchée même si, en apparences, on voit beaucoup de vert, de champs et de forêts entre chaque ville. Dans les faits, l’artificialisation a fait disparaître entre 40 000 et 90 000 ha de surfaces agricoles par an entre 2000 et 2014 (1). Cela équivaut à la surface moyenne d’un département entier tous les 7 ans, à un stade de football toutes les 5 minutes, ou un potager de 25 m2 toutes les secondes.

 

Au niveau européen, les chiffres sont également très préoccupants. Entre 1993 et 2003, 770 000 ha de terres agricoles ont disparu en moyenne chaque année (soit l’équivalent du département du Cher), ce qui rend l’Europe de plus en plus dépendante de l’extérieur sur le plan alimentaire. En 2008, le déficit entre import et export agricoles correspondait déjà à près de 20 % de la capacité de production de l’Union (2).

 

À l’échelle mondiale, ce phénomène est encore plus inquiétant avec près de 20 millions d’hectares artificialisés par an selon les chiffres officiels de la FAO(3). Ce gaspillage irréversible des sols affecte essentiellement les terres arables situées dans les plaines et les deltas où se concentre prioritairement l’urbanisation. En France comme ailleurs, l’urbanisation se fait toujours sur les meilleures terres qui entourent les villes historiques. Si ce rythme se maintient, 1,5 milliards d’hectares supplémentaires seront urbanisés au cours des 100 prochaines années, soit l’équivalent de la totalité des terres arables dont dispose actuellement l’humanité.

 

La disparition de ces vastes étendues, combinée à l’augmentation de la population mondiale, ne peut qu’encourager la multiplication des crises alimentaires qui touchent déjà de nombreux pays. Cela risque de fragiliser différents États, d’accélérer encore les stratégies d’accaparement de terres et d’amplifier les tensions géopolitiques qui menacent le fragile équilibre mondial. Selon le site international Land Matrix, près de 40 millions d’hectares seraient déjà accaparés dans le monde(4), mais cette estimation serait incomplète selon certains experts français(5) qui parlent de 80 millions d’hectares à ce jour.

 

Des solutions existent pour stopper ce gaspillage irréversible des terres agricoles :

 

Ce phénomène n’est pas inexorable. Depuis 1978, le Québec a mis en place la loi du zonage agricole et a délimité les zones réservées à l’agriculture de façon durable. Il faut préciser que ce vaste territoire dispose cependant d’un stock limité de terres arables essentiellement situées autour du fleuve Saint-Laurent où se développe l’urbanisation. Toute diminution de cet espace est depuis soumise à l’autorisation préalable d’une commission indépendante et décisionnelle dont l’action s’avère efficace. La surface agricole du territoire (6,3 millions d’hectares) n’a ainsi pratiquement pas diminué depuis 37 ans, ce qui n’a nullement empêché le développement économique et social du Québec.

 

Depuis 2012, la France a mis en place une mesure analogue dans ses collectivités d’Outre-mer soumises à une très forte artificialisation des terres agricoles. Cette politique volontariste donne déjà des résultats reconnus par les services d’État, la profession agricole, les élus locaux et les acteurs de l’environnement ultra-marins. Le taux d’artificialisation des terres agricoles a globalement été divisé par deux en moins de trois ans. Les pays d’Europe du Nord ont également adopté des mesures foncières courageuses et efficaces. On observe ainsi que, là où il existe une réelle volonté politique de préserver les terres agricoles, les actions qui sont engagées donnent des résultats concrets. Il n’y a donc aucune fatalité dans ce domaine et les nations ont clairement le pouvoir d’agir.

 

Concernant la lutte contre l’épuisement des sols, les recherches et les politiques qui ont été mises en place dans différents pays pour y développer l’agro-écologie prouvent que celle-ci est une solution viable sur le plan agronomique, économique, social et environnemental. Le précédent Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation a précisé, pour sa part, qu’il s’agissait du seul modèle agricole capable de nourrir à long terme la population humaine.

 

L’accaparement des terres agricoles est, quant à lui, permis par le droit (et parfois l’absence de droit) foncier en vigueur dans chaque État. Il est également lié aux accords juridiques, financiers et commerciaux qui ont été mis en place à plus grande échelle. Les gouvernements ont donc la possibilité d’agir dans ce domaine au sein de leurs territoires respectifs et les institutions internationales (Banque Mondiale, FMI, OMC, ONU, organisations régionales…) doivent les appuyer sur ce point.

 

La FAO a déclaré 2015 comme « l’Année internationale des sols » afin d’alerter la communauté internationale sur les conséquences de leur disparition. Les scientifiques ont récemment démontré que leur préservation et l’augmentation de leur teneur en matière organique peuvent permettre de fixer d’importantes quantités de carbone atmosphérique. Cette fonction a le double avantage de lutter contre le dérèglement climatique et de favoriser la fertilité naturelle des sols. La prise de conscience de cette précieuse fonction doit amener son développement, en évitant toutefois que cela n’autorise le droit de polluer pour d’autres secteurs de l’économie par l’instauration d’un marché du carbone, ainsi que la multiplication des achat spéculatifs de terres dans les décennies à venir.

 

Les inondations qui se multiplient en France comme ailleurs, avec des conséquences dramatiques, peuvent également être combattues grâce à la préservation, voire à la reconquête, des sols perméables sur les surfaces bétonnées et bitumées. Leurs fonctions d’infiltration et d’éponge apparaissent clairement comme essentielles.

 

Nos dirigeants possèdent donc tous les arguments et tous les leviers pour agir dans ce domaine.

 

Les mesures à prendre d’urgence pour protéger les terres agricoles :

 

1) Mettre en place, dans chaque pays, des politiques de préservation foncière efficaces pouvant s’appuyer sur l’expérience positive du Québec.

En France, le Président François HOLLANDE a pris des engagements clairs lors des conférences environnementales de 2012, 2013 et 2014, visant à « stabiliser l’artificialisation des terres agricoles d’ici 2025 » (soit dans 10 ans). Selon l’Observatoire national de la préservation des espaces agricoles, cette artificialisation reste cependant considérable avec près de 60 000 hectares par an à ce jour.

 

Face à ce profond décalage, nous demandons au Président :

  • de prononcer au plus vite un moratoire national afin de suspendre les projets d’urbanisation ou d’infrastructures en cours sur ces précieux espaces, de repenser l’aménagement du territoire et d’atteindre les objectifs fixés pour 2025,
  • de renforcer la démocratie locale et les procédures de concertation publique au sein des territoires, suite aux engagements pris par le Président de la République en novembre 2014 et aux travaux de la commission du Sénateur Alain Richard qui en ont découlé au printemps 2015.

2) Améliorer les pratiques agricoles dans le cadre de la transition agro-écologique en cours.

Les États peuvent agir en mettant en pratique les recommandations produites par le précédent Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation en décembre 2010 devant le Conseil des droits de l’Homme.

 

3) Bloquer les processus d’accaparement de terres au Sud comme au Nord.
Les États peuvent agir en se dotant d’outils de protection juridique réellement adaptés. Les grandes institutions (organisations régionales, ONU, Banque Mondiale…) doivent, quant à elles, accompagner cette évolution urgente du droit à l’échelle internationale.

 

Initiateurs de l’appel :

Les collectifs citoyens du Testet (Tarn), de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), de Sainte-Colombe-en-Bruilhois (Lot-et-Garonne) et les associations Novissen (Somme) et Filière Paysanne (Bouches-du- Rhône)

 

Premiers signataires :

Signatures personnelles :

Christophe Dougé (Maire de la Boissière sur Evre, Conseiller régional des Pays de la Loire), Maël Rannou (Tête de liste EELV 53), Christelle Cardet (Conseillère Régionale EELV Pays de la Loire), Nicole Cesbron (Professeur retraitée de sciences physiques),

 

Organisations :

Association régionale : M.N.L.E. Nord Pas-de-Calais, Ensemble 44, L’ACIPA, le CéDpa (Collectif d’élu-e-s), GAB 44

 

Ajout du 30/12/2015 :

Vous aussi signez ce manifeste en remplissant ce formulaire : http://goo.gl/forms/26BI5ffSO7

 

Notes :

1 Rapport de l’Observatoire national de la préservation des espaces agricoles (ONCEA) datant du 15 mai 2014.

2 EU agricultural production and trade (Harald von Witzke (Humbolt University Berlin), Steffen Noleppa (Agripol)

3 Chiffres communiqués le 6 décembre 2013 par Dominique ARROUAYS, président de l’Association française pour l’étude du sol (Afes) et expert auprès de l’organisation de l’ONU pour l’Alimentation (FAO).

4 http://www.landmatrix.org/en/

5 Hubert COCHET et Marc DUFUMIER

 

Nantes le 21 novembre 2015

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑