25
Janvier

Retour d"Un autre voyage" à Nantes ce samedi 23 janvier 2016

Publié dans Communiqués de presse
Communiqué des organisateurs - Lundi 25 janvier 2016
 
 
Une superbe réussite pour cette belle et audacieuse action dans le centre-ville de Nantes à l'initiative de la Coordination des opposant-es au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes !
 

Par sa dynamique, sa gaieté et sa sérénité, la déambulation de la farandole, ou chaîne humaine itinérante, confirme aux organisateurs qu'une telle action menée à bien jusqu'au bout dans l'esprit souhaité ne peut que renforcer la résistance au projet et le soutien indispensable de la population.

 

Ce rassemblement, remarquable par l’adhésion de nombreux Nantais-es à cette forme pédagogique,  a dépassé l’espérance des organisateurs et les conforte dans leur détermination à développer d’autres actions dans cet esprit.

 

Le mouvement remercie très chaleureusement les Nantais-es pour leur accueil et leur  participation ainsi que les artistes qui ont mis tout leur enthousiasme à créer cette ambiance qui a été crescendo : Les marcheurs-chanteurs-danseurs, au nombre de 300 au premier rendez-vous dans la brume, font un premier tour de farandole très bien accueilli dans le marché.

 

Après le pique-nique, ce n’est plus une farandole mais deux qui s’élancent et dansent place du Commerce au son de la cornemuse de Jakez.

 

Place Royale, l'extrait de la conférence gesticulée de Geneviève et Françoise tournant en dérision le projet NDL, tout en apportant de réelles informations, fait beaucoup rire ce qui devient déjà une foule.

 

Les chaînes reformées spontanément avec les pancartes « NON aux EXPULSIONS à NDL » traversent le Cours des 50 Otages, toujours sans gêner la circulation, et s'offrent un aller-retour dans la rue de la Barillerie, ce qui permet de bien se voir et se sentir ensemble, reprenant en chœur les chants militants menés par Dominique et Guirec.

 

Nous sommes déjà plus de 1500 ! Avec une sacrée énergie ! Dans les petites rues vers le Bouffay, les passant-es sentent la bonne humeur, n'hésitent  pas à traverser, profitent de l'ambiance.

 

Les militant-es s’activent à la distribution de la lettre ouverte de l’ACIPA « MAINTENANT, NOUS ACCUSONS».

 

Les peintres de lignes jaune et rouge au sol marquent la place du Bouffay d’un NON avec logo géant de la lutte pendant que l’attroupement se fait autour de  la seconde partie de la conférence gesticulée avec nos deux comédiennes en pleine forme.


Les chaînes s’égayent le long du château, drapeau Gwen-a-du en tête avant la  magnifique arrivée devant le château des Ducs, avec biniou, chants et danses.

 

La gavotte au pied du château, devant les yeux de près de 2000 personnes sous un soleil éclatant, restera dans les mémoires. Louise chante une dernière fois « C'est Retailleau ! ». La foule hilare reprend en chœur. La joie tout simplement...


 
A la veille du délibéré du jugement en expulsion des habitants et paysans "historiques", cet événement a été l’occasion de réaffirmer  notre soutien sans faille à ces personnes et notre détermination à exiger une étude indépendante  sur l'optimisation de l'aéroport Nantes-Atlantique, et d'obtenir enfin l'abandon du projet de NDDL.


 
La Coordination des opposants (plus d’une cinquantaine d’organisations, associations citoyennes et d'élus, mouvements politiques et syndicats) organisatrice de cette action festive se félicite du succès de cet événement. Elle remercie aussi les nombreux volontaires qui y ont largement contribué.


 
NB. Chacun est invité à partager ses photos et ses enregistrements en les envoyant à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

 

 

27
Janvier

Hollande ! C'est le moment ! Copain s'opposera fermement à toute expulsions !

Publié dans Communiqués de presse

Communiqué de presse - Notre-Dame-des-Landes, le 26 janvier 2016
 
Hier, lundi 25 janvier, en rendant son jugement, le juge du TGI de Nantes a clairement remis la responsabilité de l'expulsion des habitants et paysans historiques, sur la ZAD de Notre Dame des Landes, entre les mains de François Hollande et de son gouvernement.
Dans son jugement, il rend les fermes, cheptels et troupeaux expulsables, dès aujourd'hui.
Nous paysannes et paysans de Copain du 44 et d'ailleurs, ne pouvons admettre que nos collègues de Notre Dame des Landes et leur fermes soient considérés comme des malfrats que l'on peut virer sans délais et sans solutions de secours.
Mais, au delà, nous réaffirmons fermement que nous mettrons tout en œuvre pour empêcher leur expulsion, et s'opposer au gâchis irréversible que serait leur éviction.
 
Nous appelons, une nouvelle fois, Mr Hollande a annoncer, avant qu'il ne soit trop tard, la suspension de toutes les procédures d'expulsion jusqu'à l'aboutissement de la totalité des recours juridiques, de prononcer la remise à plat de la DUP et le lancement d'une étude réellement objective de l'optimisation de l'aéroport actuel.
 
Afin de développer la position de Copain dans ce contexte, nous invitons la presse à une conférence que nous tiendrons demain mercredi 27 janvier à 12h00 au Liminbout à Notre Dame des Landes.
 

Il n'y aura pas d'aéroport à Notre Dame des landes,
Nous mettrons tout en œuvre pour empêcher la disparition des terres de  la ZAD et de tous ceux qui la font vivre.

10
Février

Expulser les paysans historiques, c'est nous expulser de nos fermes ! Tracteurs vigilants ! Troupeaux solidaires

Publié dans Communiqués de presse

Communiqué de presse - Notre-Dame-des-Landes, le 10 février 2016

 

Nous paysannes et paysans de Copain du 44 et de toute la France affirmons aujourd'hui, confortés par les mises à jour récentes du CéDpa, que l'utilité publique du transfert d'aéroport est clairement remise en cause.


Nous considérons que les déclarations répétées des grands élus des métropoles, départements et régions de Bretagne et Pays de Loire, ne servent qu'à tenter de masquer les mensonges éhontés de l'étude de la DGAC qui ont servi à justifier la DUP de 2008. Aucun d'eux n'ose aujourd'hui parler du fond du dossier.  C'est pourquoi ils s'escriment piteusement à exploiter des faits divers vieux de plusieurs années, à fustiger notre ZAD, riche en explorations novatrices, à dilapider les fonds publics dans de vaines pétitions calomnieuses, ou à tenter de réduire l'étendue des promesses de M. Hollande.


Où est l'intérêt public lorsque l'on voit les actions de Vinci progresser de 2,3 points en quelques heures après le rendu du jugement d'expulsion des habitants et paysans historiques ?


Nous, paysans et paysannes de Copain, sommes des militants convaincus et déterminés d'une autre conception de l'avenir de nos territoires, par la protection de la terre nourricière, la relocalisation de la production de l'alimentation, le soutien actif à une agriculture paysanne respectueuse de l'environnement, de la biodiversité et de l'homme. C'est pourquoi nous mettrons tout en oeuvre pour empêcher la réalisation de ce projet archaïque.


Malgré nos demandes répétées, nos collègues paysans et habitants de la ZAD sont toujours sous la menace d'une expulsion imminente depuis le 26 janvier.
Nous occupons le Conseil Départemental de Loire Atlantique depuis 11h30 ce matin accompagnés d'une vingtaine de moutons vigilants.


Nous tenons à affirmer aujourd'hui, par cette action, que tenter d'expulser les paysans historiques de la ZAD déclencherait immédiatement l'engagement, partout en France, de nos tracteurs vigilants et de nos troupeaux solidaires.


Aujourd'hui, ils sont les emblèmes de nos engagements, les expulsés serait nous expulser tous.


Nous continuerons et amplifierons nos actions tant que nous n'aurons pas la garantie claire et sans ambiguïté qu'il n'y aura aucune expulsion sur la ZAD avant l'aboutissement total des recours en France et auprès de l'Europe.
Dans la ligne des déclarations de Ségolène Royal, nous demandons au gouvernement d'ordonner une réelle étude objective de l'optimisation de l'aéroport actuel, en prenant en compte l'énorme travail effectué par l'atelier citoyen.

 


Il n'y aura pas d'aéroport à Notre Dame des Landes,
Nous mettrons tout en oeuvre pour empêcher la disparition des terres de la ZAD et de tous ceux qui la font vivre.

27
Janvier

Prise de parole COPAIN - 27/01/2016 - Hollande ! C'est le moment ! Copain s'opposera fermement à toute expulsion !

Publié dans Communiqués de presse

Prise de parole - Notre-Dame-des-Landes, Ferme du Liminbout, le 27 janvier 2016
 

Nous, paysans et sympathisants de Copain 44 et d'ailleurs, sommes tous venus, aujourd'hui, avec nos tracteurs vigilants, pour manifester notre totale soutien et notre solidarité avec les occupants de la ZAD, historiques ou non. C'est aussi pour réaffirmer notre totale détermination et notre colère.

Lundi 25 janvier, par son jugement, le juge du TGI de Nantes a clairement remis la responsabilité de l'expulsion des habitants et paysans historiques, sur la ZAD de Notre Dame des Landes, entre les mains de François Hollande et de son gouvernement.
Par son jugement, il rend les fermes expulsables, immédiatement.
Dès demain, le pouvoir en place est autorisé à ordonner la saisie et la séquestration des cheptels, matériels et troupeaux.
Nous paysannes et paysans de Copain du 44 et d'ailleurs, ne pouvons admettre que nos collègues de Notre Dame des Landes et leur fermes soient considérés comme des malfrats que l'on peut virer sans délais et sans solutions de secours.

Non, en réalité, ceux que l'on veut virer comme des malpropres, sont des militants de la première heure qui ont décidés de résister jusqu'au bout, malgré toute la précarité pour eux et pour leur famille. Ils sont encore là aujourd'hui, parce qu'ils savent toutes les incohérences et les mensonges du dossier de la déclaration d'utilité publique, et qu'ils ne peuvent admettre que l'on rase leurs habitations ou leurs fermes, pour servir des intérêts économiques privés ou des ambitions politiques qui n'ont rien à voir avec le dossier.

Aujourd'hui, les occupants historiques ou non, sont devenus pour nous tous les portes drapeaux de nos engagements respectifs pour une autre conception du développement du territoire, de la protection de la biodiversité, de la relocalisation de la production alimentaire, d'une nouvelle façon de penser le vivre ensemble, respectueuse de l'homme et de son environnement.

C'est pour cela que nous sommes là aujourd'hui, pour faire la démonstration que nous nous opposerons fermement à toute expulsion des occupants de la ZAD et à toute tentative de démarrage de travaux quel qu’ils soient.
A la moindre tentative de passage en force, nous serons des centaines avec nos tracteurs vigilants sur la ZAD et sur tous le territoire français pour tout bloquer, avec les dizaines de milliers d'opposants qui sont dès à présent prêts à agir.

Plusieurs de nos collègues paysans, comme d'autres opposants au projet d'aéroport sont aujourd'hui traduits en justice, après avoir été arrêtés au cours de rassemblements ou actions revendicatives collectives. Il s'agit bien là d'inculpations politiques visant à briser le droit à manifester ou d'exprimer un désaccord citoyen par la criminalisation de l'action syndicale et de la revendication sociale.
Nous rattachons sans ambiguïté ses inculpations politiques à la récente condamnation des syndicalistes de Goodyear, à Amiens, à deux ans de prison dont 9 mois fermes, aux syndicalistes d'Air France licenciés ou à nos collègues paysans de la Somme opposés à l'usine des mille vaches également condamnés comme des délinquants.

Si nos gouvernants pensent pouvoir museler notre colère par cette répression, l'effet est tout inverse, elle ne fait que mobiliser plus de soutiens et de solidarité.

Nous appelons donc, encore une fois, M.Hollande a annoncer, avant qu'il ne soit trop tard, la suspension de toutes les procédures d'expulsion jusqu'à l'aboutissement de la totalité des recours juridiques, de prononcer l'annulation de la DUP et le lancement d'une étude réellement objective de l'optimisation de l'aéroport actuel, et à terme, l'abandon définitif de ce projet d'un autre temps.

Dans l'attente, les actions des paysans de Copain menées ces dernières semaines vont continuer et s'amplifier.
Seule une annonce claire et sans ambiguïté du président Hollande nous ramènera dans nos fermes.
 

Il n'y aura pas d'aéroport à Notre Dame des Landes,
Nous mettrons tout en œuvre pour empêcher la disparition des terres de  la ZAD et de tous ceux qui la font vivre.

 

 

La vidéo de Ouest-France

 


Les tracteurs vigilants sont dans la Zad par OuestFranceFR

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑