10
Décembre

Lettre de la commission agricole du PS44 aux responsables du PS44...

Le 20/11/2015

Nous sommes en pleine campagne des régionales, acteurs sur le terrain, et moteurs dans les contributions aux programmes..

 

Il n’est pas de jour sans qu’on remette sur le devant de la scène la question du transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes… Comme un chiffon rouge…

 

Nous savons qu’au sein du parti beaucoup de militants sincères sont persuadés de l’intérêt de ce projet et énervés par les reports successifs depuis la fin de l’enquête publique en 2008… Pour autant il n’y a jamais eu de débat serein organisé et argumenté au sein des instances de discussion du parti, en dehors de quelques sections.

 

Depuis la fin de la grève de la faim au printemps 2012, grâce à la médiation de responsables des collectivités locales -essentiellement le CG44- il y avait eu un engagement du Président Hollande de différer la réalisation de ce projet jusqu’à extinction des derniers recours en justice, ce qui incluait les appels même non suspensifs. Cela couvrait tous les occupants historiques (légaux) ayant refusé l’expropriation.

 

Depuis, il y a en plus un contentieux avec les instances européennes qui n’est pas purgé.

 

Fin 2014, Philippe Grosvalet (président sortant du CG 44) et en amont de la campagne des départementales, publiait un entretien à OF où, sans renier son soutien au projet de transfert, il prenait une position ferme contre le passage en force : « Il faut réhabiliter la politique, imaginer de nouvelles formes de débats publics contradictoires afin que des décisions prises démocratiquement soient acceptées et respectées par tous »… « il n’est pas concevable de s’en remettre uniquement à la force, à l’expertise ou aux procédures juridiques » et enfin : « c’est aussi cette conception de la démocratie qui doit distinguer un gouvernement de gauche d’un gouvernement de droite. Nous ne pouvons pas nous laisser enfermer dans cette spirale de la violence »

 

L’expertise, parlons-en en deux mots :

  1. Les arguments pour justifier le transfert n’ont cessé d’évoluer depuis le débat public au fur et à mesure des arguments apportés par les « experts » citoyens : de la saturation de l’aéroport à celle de l’aérogare, de l’inconstructibilité sur l’île de Nantes à la protection du lac de Grandlieu, et maintenant la lutte contre l’étalement urbain et la protection de 3 zones Natura 2000 ! Comme si on trouvait de nouvelles bonnes raisons après chaque argument contesté…
    Le dernier argument de Valls pour contrer le procès fait dans le cadre de la COP21 c’est la pollution sur le lac de Grandlieu, alors qu’au contraire toutes les expertises scientifiques, dont celle du dernier directeur de la réserve naturelle, disent que Nantes Atlantique ne gêne en rien mais au contraire protège des risques d’urbanisation à proximité du lac…
  2. Les expertises favorables au transfert sont toutes suspectes de partialité : c’est la DGAC ( Direction Générale de l’Aviation Civile) favorable au transfert qui a été chargée d’une expertise sur le coût d’un réaménagement de Nantes Atlantique. Les expertises « citoyennes » elles, sont regardées de haut… alors même que la mondialisation de l’accès à l’information et les échanges via le net ont énormément élargi la notion d’expertise…

Nous ne demandons pas que les partisans du transfert mettent leurs convictions sous l’éteignoir le temps de la campagne. Nous demandons que le moratoire accepté par le Président Hollande soit respecté, et le seul engagement est de prendre le temps d’une expertise par un bureau indépendant accepté par tous, notamment sur la question des alternatives au transfert tenant compte du besoin de déplacement par avion du monde économique et des citoyens. Et de se souvenir que Jean Marc Ayrault avait mis en place 3 commissions, qu’on ne parle aujourd’hui que de la commission du dialogue en disant que ses préconisations ont été prises en compte ( ?), mais qu’il y avait aussi une commission agriculture et surtout une commission scientifique, qui concluait à l’insuffisance du dossier de compensation environnemental et à de sérieuses lacunes sur l’étude d’impact.

 

Dans l’état actuel des choses, les postures prises par les responsables du gouvernement et du parti en région, l’exploitation qui en est faite par les responsables d’EELV, c’est pour la gauche se tirer une balle dans le pied. Les camarades engagés dans le tractage et le porte à porte, même favorables à NDDL, craignent le retour de manivelle des citoyens à sensibilité écologique, un accroissement de l’abstention et surtout l’impossibilité de rassembler la gauche au 2ème tour… Comme des gamins qui n’arrivent pas à se réconcilier « c’est celui qui dit qui l’est » ou « c’est pas moi le premier ».

 

Il est encore temps de calmer le jeu. Nous gagnerons plus à rassembler la gauche qu’à donner des gages aux apologistes de l’ordre républicain ou qu’à s’afficher plus légaliste que Retailleau.

 

(Courrier de membres de la commission agricole PS 44 envoyé aux dirigeants du PS en 44)

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑