19
Avril

Positions des candidats à la Présidentielle sur le projet de Notre-Dame-des-Landes

Publié dans Divers

Il y a cinq ans déjà, en 2012, des paysans, élus, citoyens de la lutte à Notre-Dame-des-Landes vivaient une longue grève de la faim, soutenus par de nombreux militants.
Une négociation serrée (suivie depuis Paris par François Hollande Président et Jean-Marc Ayrault Premier Ministre pressenti) a abouti à l'accord politique suivant :

"Pas d'expulsions des habitants historiques de la Zad avant l'épuisement des recours juridiques"

Cet accord a été élargi par la suite à tous les recours.
Aujourd'hui nous vivons une campagne présidentielle qui véhicule des odeurs nauséabondes, où tous les coups sont permis et les révélations écœurantes, depuis les emplois fictifs, les rémunérations scandaleuses vis à vis des citoyens laissés pour compte, des élus fraudeurs, des hauts fonctionnaires qui naviguent, sans scrupules, entre emplois ministériels et emplois dans les grandes entreprises multinationales du CAC 40. (Nous en avons vu plusieurs cas dans les porteurs du projet de Notre-Dame-des-Landes).

La lutte contre le - toujours - projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est donc plus que jamais au cœur de la campagne électorale. La D.U.P. de 2008 (d'une durée de 10 ans) n'est toujours pas abrogée alors que Nantes-Atlantique peut être optimisé. Une étude sérieuse doit être menée rapidement,

Ensemble nous avons Résisté, Ensemble nous Gagnerons,

En cette dernière ligne droite de la campagne présidentielle, et en prévision de la campagne pour les élections législatives, l'ACIPA rappelle son message :

« Pas une voix, pas un bulletin de vote ne doit aller vers un candidat ou candidate qui se prononce pour la réalisation de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes »

RÉSISTONS jusque dans les URNES

 


 

Les positions des candidats sur le projet de Notre-Dame-des-Landes



Climat, transition énergétique, aéroport de Notre-Dame-des-Landes : les candidats à l'élection présidentielle répondent aux questions qui leur ont été adressées par l'astrophysicien Hubert Reeves.
Une question a été posée sur Notre-Dame-des-Landes :


Hubert Reeves : "Reviendrez-vous sur l'autorisation de construction de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes ?"


Les réponses des candidats sur ce point (et les réponses complètes en suivant le lien).
Les réponses de Philippe Poutou et Emmanuel Macron sont tirées d'autres interventions.
(Réponses présentées en ordre alphabétique.)
En résumé, on se rend compte qu'il sont en majorité opposés au projet de Notre-Dame-des-Landes

Nathalie Arthaud : L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, présenté comme nécessaire au développement régional, a été projeté bien plus en fonction des intérêts de groupes industriels qui ont récupéré le marché qu'en fonction des intérêts de la population. Le référendum qui a servi de prétexte au maintien du projet, soutenu par les mêmes milieux et avec la même machinerie médiatique peu démocratique, a été une tromperie. Je soutiens le combat de ceux qui s'opposent à sa construction.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielles-nathalie-arthaud-repond-a-hubert-reeves-sur-le-climat-et-l-aeroport-de-notre-dame-des-landes_111500

 

François Asselineau :Oui. La construction d'un nouvel aéroport près de Nantes fait débat depuis de nombreuses années. Les recours juridiques se multiplient, l'opposition des " zadistes " est farouche, la situation s'enlise. Le référendum consultatif local a été très critiqué et n'a rien résolu car il est n'est pas reconnu comme légitime par les opposants au projet, qui considèrent que tout a été fait dans l'organisation du référendum pour que le “oui” l'emporte. Ceci a pour effet de mettre à mal l'autorité de l'État et de cliver la société.

L'UPR s'engage à organiser un nouveau référendum local, cette fois-ci contraignant, organisé de manière exemplaire, afin que sa légitimité soit reconnue par tous. Le périmètre du référendum inclura l'ensemble des habitants finançant le projet. Le vote sera précédé d'études indépendantes et contradictoires. Des alternatives au projet initial pourront être proposées. Lors de la campagne, la représentation des différentes réponses possibles à la question posée sera égale en terme de couverture médiatique et de budget. Enfin, le gouvernement s'engagera à ne pas prendre parti.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-francois-asselineau-repond-aux-questions-d-hubert-reeves-sur-l-environnement_111581

 

Jacques Cheminade : Oui, car cela correspond à une conception dépassée du transport. Je suis, au contraire, partisan de réduire au maximum les vols continentaux de moins de 1500 kilomètres grâce aux transports terrestres à grande vitesse. C'est pourquoi j'ai toujours défendu l'idée de revenir à l'aérotrain de Jean Bertin (avec des moteurs de la génération actuelle) pour connecter Rennes à Nantes en moins de 20 minutes.

Je privilégierai aussi ce type de transport à l'échelle de tout le pays pour connecter les villes grandes et moyennes, garantissant ainsi un maillage plus cohérent du territoire et le désenclavement économique des zones rurales et périurbaines. En y ajoutant l'extension du ferroutage pour réduire l'encombrement des axes routiers par les camions, ainsi que le financement, avec des aides publiques, de la voiture à hydrogène, dont la production en masse permettra de diminuer fortement la pollution.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-jacques-cheminade-repond-a-hubert-reeves-sur-l-environnement_111668

 

Nicolas Dupont-Aignan : Oui, la France doit investir massivement dans les infrastructures pour réduire les fractures territoriales, mais cet investissement doit d'une part accompagner la transition écologique et, d'autre part, tenir compte de la rareté de l'argent public. Or cet aéroport représente un coût financier (près de 800 millions d'euros en prenant en compte les aménagements périphériques !) et écologique exorbitant, alors que des investissements moins pharaoniques mais plus nécessaires pourraient être réalisés en réaffectant les fonds dégagés : je pense notamment au développement de l'aéroport de Nantes et au renforcement des lignes de TGV qui desservent la ville.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-nicolas-dupont-aignan-repond-aux-questions-de-l-astrophysicien-hubert-reeves-sur-l-environnement-et-le-climat_111519

 

François Fillon : Le projet de construction de l'aéroport a été décidé dans le respect de toutes les procédures légales, il a fait l'objet des soutiens de toutes les majorités de droite et de gauche, tous les recours ont été rejetés. Je ferai donc appliquer la loi.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-francois-fillon-repond-aux-questions-d-hubert-reeves-sur-le-climat-et-l-environnement_111535

 

Benoît Hamon : Lorsqu'un grand projet d'investissement local a un lourd impact écologique, une conférence de consensus réunissant experts, citoyens, élus, associations doit être organisée pour faire émerger des solutions alternatives, alliant le réalisme économique, le progrès social et la préservation de l'environnement.

C'est dans cet esprit que je mettrai en œuvre une conférence de consensus destinée à étudier, dans le respect du légitime développement urbain de Nantes, toutes les alternatives au projet de Notre-Dame-des-Landes, dont le site actuel serait abandonné.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-benoit-hamon-repond-aux-questions-d-hubert-reeves-sur-l-environnement_111567

 

Jean Lassalle : Je respecterai le choix des habitants de la région, ceux qui l'aiment tellement qu'ils ont choisi d'y vivre.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-jean-lassalle-repond-a-hubert-reeves-sur-l-environnement_111879

 

Marine Le Pen : Notre analyse écologique et économique est claire. Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est d'abord un non-sens écologique. Nous sommes pour une modernisation de l'aéroport Nantes-Atlantique car ce nouvel aéroport va détruire 8 km2 de zones humides de grande valeur et fera déménager de nombreux agriculteurs sur une zone de bocage de 20 km2. L'aéroport actuel a une seule piste et n'est absolument pas saturé avec ses 4 millions de passagers. On peut y construire une piste supplémentaire Est Ouest pour que le survol de la ville de Nantes soit moindre (bruit et sécurité). Au surplus, l'ancien aéroport devant être conservé pour l'usage d'Airbus, il risque d'y avoir 2 aéroports fonctionnant en parallèle. On peut en outre en améliorer la sécurité en équipant l'aéroport d'instruments techniques de meilleure qualité.

Le projet coûte très cher (500 millions pour l'aéroport et 3,5 milliards pour les liaisons routières). Cet aéroport est donc bien aussi un non-sens économique. Le préfet qui l'a supervisé a quitté son poste en juillet 2009. Or Vinci a été présélectionné avec 3 autres adjudicataires 3 mois avant son départ et a gagné l'appel d'offre pour construire et tenir la concession du futur aéroport après son départ en 2010. Depuis, le préfet travaille chez Vinci et ce genre de comportement n'est pas normal car il met forcément le doute dans la tête des citoyens. L'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes est donc une bien triste histoire ! Cependant, nous nous devons de respecter le résultat du référendum local pour lequel les habitants consultés ont voté Oui à l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Nous ne reviendrons donc pas sur l'autorisation de construction par respect de la démocratie, démocratie locale en l'espèce.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-marine-le-pen-repond-aux-questions-d-hubert-reeves-sur-l-ecologie_111490

 

Emmanuel Macron : Résumé de sa (ses ?) positions
- Face aux chefs d'entreprises, à RETAILLEAU et au BTP " C'est un bon projet que je compte défendre" .
- Face au WWF " C'est un projet à revoir en étudiant les alternatives"
- Sur France 2 (« L’Émission politique ») : « Il y a eu un vote. Mon souhait est de le respecter et de faire l’aéroport. Je ne vais pas arriver et envoyer les militaires à Notre-Dame-des-Landes. La nomination d’un médiateur calmera les choses. Si, au bout de six mois, je n’arrive pas à convaincre, je prendrai mes responsabilités et je ferai évacuer la zone ».
- Réponse transmise à l'ACIPA :
"Enfin, sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, nous recréerons les conditions d'un débat responsable et d'une décision prenant en compte toutes les dimensions du choix. Emmanuel Macron nommera dès son élection une personnalité qualifiée. Sa décision, qui interviendra au terme de six mois, se fondera sur trois impératifs dans la gestion de ce dossier important :

  • Le respect de la consultation: il faut respecter la démocratie locale et la décision qui a été prise par les électeurs.
  • Le maintien de l'ordre public: aucune violence ni aucun excès ne devra avoir cours sur le territoire aujourd'hui occupé. Aucun risque sur des vies humaines ne sera pris.
  • L'instruction d'une expertise éclairée: il faudra une dernière fois comparer les équilibres économiques et écologiques du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et de celui de l'aéroport Nantes-Atlantique. Il faudrait que cette instruction mette à jour des éléments forts pour revenir sur l'issue de la consultation."

 

Jean-Luc Mélenchon : Nous stopperons le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes tout comme l'ensemble des grands projets inutiles.

https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-jean-luc-melenchon-repond-a-hubert-reeves-sur-l-environnement_111544

 

Philippe Poutou : Interrogé par la Ligue de protection des oiseaux « Les grands projets publics d'aménagement inutiles (dont l'aéroport de Notre-Dame des Landes et tous ceux que vous citez) seront abandonnés ».

 

Lire aussi :
Notre-Dame-Des-Landes à l’épreuve de la présidentielle : https://www.aerobuzz.fr/transport-aerien/dame-landes-a-lepreuve-de-presidentielle/

Et toujours : https://www.acipa-ndl.fr/actualites/divers/item/749-la-campagne-d-affichage-pour-la-presidentielle-est-lancee

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑